Catégorie : Bonnes Pratiques

5 gestes pour réduire efficacement son empreinte numérique au bureau

Avec cette nouvelle année, nous sommes nombreux à avoir décidé de nous bouger pour la planète. Et c’est tant mieux ! Reste à mettre concrètement en oeuvre nos bonnes résolutions. Alors que notre usage professionnel du numérique représente 27 % de notre budget GES soutenable [1], voici 5 bonnes pratiques pour réduire nos impacts environnementaux au bureau.

1. Eviter de se suréquiper

La multiplication des écrans ruine les efforts faits depuis des années par les entreprises [2] pour réduire les impacts environnementaux de leur système d’information. Dans la mesure du possible, il faut limiter au maximum le nombre et la taille des écrans sur son poste de travail.

2. Allonger la durée de vie des appareils en favorisant leur réemploi

Après le taux d’équipement, la durée de vie des appareils est le second levier le plus efficace pour réduire son empreinte environnementale au bureau [2]. Vous pouvez y contribuer en prenant soin de votre ordinateur, smartphone, etc. Plus ils seront en bon état en quittant votre entreprise, et plus ils auront une chance d’être reconditionnés pour être réemployés. Leur seconde vie dépend de vous !

3. Etre raisonnable dans l’usage de la vidéo en ligne

A l’instant « t », que vous suiviez une réunion en vidéo ou que vous envoyiez un mail, cela ne fait quasiment pas de différence en termes d’impacts environnementaux. En revanche, si tous les salariés de l’entreprise généralisent des réunions en vidéo HD à 9h du matin, le réseau de l’entreprise et l’internet risquent d’exploser et il faudra construire de nouveaux réseaux. L’enjeu est donc de recourir à la vidéo uniquement lorsque c’est nécessaire.

4. Eviter les pièces-jointes dans vos mails et limiter leur nombre

Ce qui coûte à l’environnement dans un mail professionnel, c’est surtout la pièce jointe qui y est associée. Vous pouvez réduire les impacts associés à votre usage des mails en utilisant systématiquement un outil de partage de fichier. Mais bien avant leur empreinte environnementale, les mails sont surtout un facteur de surcharge cognitive. Pour réduire le temps passer à la traiter, il suffit d’en envoyer moins. Donnez-vous 3 ou 4 temps dans la journée durant lesquels vous vous autorisez à traiter vos mails et déconnectez le reste du temps. Votre cerveau vous remerciera !

5. Ecoconcevoir les services numériques

Si vous êtes un.e professionnel.le du numérique, vous pouvez contribuer très efficacement à réduire les impacts environnementaux de votre entreprise en écoconcevant ses services numériques. En effet, plusieurs retours d’expérience montrent qu’on peut diviser par un facteur 3 à 70 les impacts environnementaux des outils numériques en les écoconcevant [3] [4]. Prêt.e à jouer les Mc Gyver du numérique ?

Sources :

[1] Numérique au bureau : 27 % de notre forfait GES soutenable, GreenIT.fr, 2021, https://www.greenit.fr/2021/11/01/numerique-au-bureau-27-de-notre-forfait-ges-soutenable/

[2] BGIT 2021, Benchmark Green IT 2021, GreenIT.fr, 2020-2021,
https://club.greenit.fr/benchmark2021.html

[3] Livre blanc sur l’écoconception de services numériques, Greenconcept, 2020, https://www.greenit.fr/2020/03/10/ecoconception-numerique-un-guide-de-45-bonnes-pratiques/

[4] Ecoconception web : les 115 bonnes pratiques, collectif, Eyrolles, 2012-2019, https://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212678062/ecoconception-web-les-115-bonnes-pratiques

Frédéric Bordage

Expert en green IT, sobriété numérique, et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques, et anime GreenIT.fr et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In