Catégorie : Bonnes Pratiques

Green IT : 11 bonnes résolutions pour 2018

Le début d’année est une période propice pour remettre les compteurs à zéro et mettre enfin en oeuvre les bonnes résolutions qui nous trottent dans la tête depuis longtemps. L’occasion de vous présenter 6 gestes essentiels à adopter définitivement en 2018 pour tendre vers des pratiques numériques plus responsables et devenir un Jedi du Green IT !

Nous en profitons aussi pour vous présenter 5 bonnes résolutions supplémentaires qui pourraient devenir cruciales dans les années à venir. A vous de piocher dans cette boîte à outils en fonction de vos envies et de vos sensibilités.

Globalement, cette année, on reprend les bonnes résolutions des années précédentes, on lutte contre le marketing, et on utilise son cerveau !

Les bonnes résolutions tendances 2018

1. Des objets connectés tu te passeras

50 milliards d’objets connectés en 2020 et moi, et moi… Ca commence comme une chanson, mais c’est moins drôle. Des dizaines de milliards d’objets connectés devraient déferler dans le monde à l’horizon 2020. La fabrication de ces déchets (oups.. objets) crée une énorme entropie car, quasiment non réemployable et à durée de vie courte, ils seront encore plus complexes à collecter, dépolluer et recycler. Quand on sait que 70 % des déchets électroniques dans le monde font déjà l’objet d’un trafic… il y a de quoi frémir. En 2018, on s’abstient donc d’acheter le dernier compteur intelligent qui nous dit qu’on consomme de l’eau quand un prend un bain (on le sait déjà) ou qui utilise la position GPS de notre smartphone dernier cri pour rallumer le chauffage (un bête programmateur fait très bien l’affaire). Bref, on utilise son cerveau et son bon sens paysan. Comme ça, on économise environ 400 TWh à l’échelle mondiale, autant que la France toute entière !

2. Tes données perso tu chériras

Mes données valent de l’or… mais je les garde pour moi. Avec le développement des objets connectés et plus globalement la transition numérique, les données sont le nouvel or noir du digital. Sans elles, pas de business, pas de big data, d’intelligence artificielle, et de digital. Même si le Réglement européen de protection des données personnelles (GDRP) devrait mieux vous protéger, sortez couvert(e)s !

3. L’oseille tu préféreras

Le bitcoin est la monnaie du peuple entend-t-on ici et là. Décentralisée, cette nouvelle monnaie est séduisante. Sauf qu’elle a beau être virtuelle, ses impacts négatifs sur la planète sont bien réels. Une transaction en bitcoins nécessiterait 3 994 fois plus d’énergie que la même transaction via une carte bancaire. Alors, même si le plastique ce n’est pas fantastique, c’est toujours mieux que le virtuel…

4. Aux civic tech tu t’intéresseras

Crowd power. A mesure que les promesses du web 2.0 se concrétisent, notamment la prise en main de la technologie par ses utilisateurs, la notion de civic tech fait son chemin. Exemple concret, l’open data qui vise à mettre à la disposition du plus grand nombre des données publiques considérées comme un bien commun (commons) qui permettront d’améliorer le fonctionnement de la société et de renforcer la démocratie. Si la liberté, la fraternité et l’égalité résonnent en vous, intéressez vous à cette tendance positive. Sans oublier d’inclure le plus grand nombre, via l’accessibilité numérique par exemple.

5. Du recul tu prendras

Les fake news et greenwashing sont un fléau pour la société car ils nous empêchent de penser le monde de demain avec les bonnes données et les bons axes de réflexion en tête. Plus que jamais, il devient crucial de recouper et sourcer les informations. La règle de trois et la controverse n’ont jamais été autant d’actualité.

 

Les bonnes résolutions de fond

6. Le renouvellement tu éviteras

Cette année, je ne cède pas aux sirènes du marketing et je ne me jette pas sur le dernier smartphone à la mode Le geste le plus intéressant pour votre porte monnaie et pour la planète est simple : surtout ne rien changer. La fabrication concentre en effet les impacts environnementaux du numérique. Par exemple la fabrication d’un ordinateur portable en Chine émet 100 fois plus de gaz à effet de serre que un an d’utilisation en France. Et puis, autant garder de l’argent pour de vraies activités, avec de vraies personnes, IRL (in real life) !

7. Les objets cassés tu répareras

Le jetable n’est pas une fatalité…Tout est devenu jetable. Alors, on jette. Pourtant, 85 % des ordinateurs usagés peuvent être réparés. La proportion est à peu près identique pour les téléphones et un grand nombre d’autres équipements électroniques. Un seul mot d’ordre en 2017 : réparer. Ce qui nous amène à la bonne résolution suivante.

8. Reconditionné tu achèteras

N’en déplaise aux médisants, le développement durable, ce n’est pas le goulag ! Vous pouvez même consommer autant que vous le souhaitez, mais de préférence en réemployant des équipements reconditionnés plutôt qu’en achetant des produits neufs. Les équipements reconditionnés sont nettoyés, vérifiés, et si nécessaire, réparés. Bref, vous disposez d’un équipement quasiment neuf, de plus en plus souvent assorti d’une garantie de 3 mois à 1 an. En plus, vous contribuez à créer des emplois en France. Non délocalisables, ils aident la plupart du temps à l’insertion de personnes en situation de handicap ou qui ont connu un parcours de vie chaotique.

9. Tes déchets tu recycleras

Arrive fatalement un moment où votre fidèle smartphone / ordinateur / tablette tire définitivement sa révérence et où il devient plus possible, à moins d’être riche comme Crésus, de le faire réparer. Le recyclage de la bête peut alors commencer. Cette opération est particulièrement dangereuse pour l’environnement car elle fait appel à des hauts fourneaux, des bains d’acide chlorhydrique, du cyanure et d’autres joyeusetés du même acabit. L’idéal est d’apporter directement ses équipements en fin de vie à un point de collecte. Vous trouverez une carte des principaux acteurs en France à cette adresse : www.recyclage-informatique.net.

10. Les appareils tu débrancheras

Le numérique représente 13,5 % de la facture électrique des français. A la clé : une quantité astronomique d’eau douce perdue (4 litres par kWh électrique en France) et des tonnes de déchets radioactifs à stocker pendant plusieurs centaines de milliers d’années pour les plus actifs. Laisser vos équipements électroniques en veille revient à financer directement ces impacts environnementaux puisque vous payez pour qu’ils aient lieu. Si vous voulez faire des économies tout en réduisant ces impacts, débranchez physiquement tous les appareils électriques. Par exemple à l’aide d’une multiprise munie d’un interrupteur.

11. Vers la conception responsable de tes services numériques tu tendras

Comme nous l’avons démontré ici, c’est le gras numérique des obésiciels qui est le principal responsable de l’obsolescence accélérée des appareils électroniques tels que les smartphones, les ordinateurs, les tablettes, etc. Cette situation n’est pas une fatalité. En appliquant des bonnes pratiques pour éco-concevoir les services numériques, on peut diviser par 10 la puissance informatique nécessaire à leur fonctionnement et rallonger ainsi la durée de vie des terminaux utilisateurs comme des serveurs. Au delà de la dimension environnementale, la conception responsable des services numérique vise aussi à les rendre plus accessibles, de meilleure qualité, et moins coûteux.

Bonne année numérique et responsable :

Source : GreenIT.fr (avec l’aide de Vincent Courboulay, Université de La Rochelle).

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In