Des minitels vieux de 25 ans tweetent sur internet !

minitel1.jpg

Deux hackers en herbe dialogue avec le 36 15 Eliza.

Les 14 et 15 septembre derniers, le projet CERVIN* a fait une étonnante démonstration d’obsolescence dé-programmée, grandeur nature à Grenoble. Organisé à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le « rehab lab » Minitel Redux a proposé aux visiteurs du CCSTI La Casemate, huit ateliers thématiques pour (re)découvrir le Minitel.

Près de 600 personnes - de 2 mois à 80 ans - se sont pressées à cet étonnant atelier. Dans la catégorie des moins de 12 ans, de jeunes hackers en herbe essayaient de prendre à défaut le célèbre robot psychothérapeute ELIZA, porté pour l’occasion sur Minitel via Arduino. D’autres classes d’âge plus raisonnables envoyaient des tweets (@MinitelRedux) depuis des minitels vieux de 25 ans ! Séquence nostalgie.

Durée de vie d’un Minitel : 25 à 30 ans
Durée de vie d’un ordinateur moderne : 5 ans

Au-delà de son caractère ludique, léger, et franchement sympathique, cette exposition a aussi été une belle démonstration, s’il en fallait encore une, que l’obsolescence programmée / organisée n’est pas un mythe. Sinon, comment expliquer que, malgré leur âge avancé, aucun de ces ancêtres ne soit tombé en panne et qu’aucune interruption de service n’ait été à déplorer ?

Bref, à l’heure où seule une loi - en préparation à l’Assemblée - semble capable d’imposer une durée de vie de plus de 5 ans aux ordinateurs modernes, cette exposition vient rappeler que l’on sait parfaitement, depuis belle lurette, fabriquer des ordinateurs qui fonctionnent plus de 25 ans.

Autre rappel d’importance, c’est grâce à leur connectique normalisée (port série) que les Minitels ont pu être raccordés à une plate-forme Arduino pour simuler des serveurs. En d’autres termes, comme nous l’avons déjà évoqués dans d’autres articles, la standardisation est un outil important pour lutter contre l’obsolescence programmée.

* Le projet CERVIN - Centre de ressources virtuelles sur l’innovation numérique - vise à « Raconter la Société Numérique Autrement » et est piloté par François Letellier, directeur de projet au CCSTI Grenoble la Casemate. Il bénéficie du soutien de l’association ACONIT, de l’INRIA, de collectivités locales (Communauté d’Agglomération Grenoble-Alpes-Métropole, Ville de Grenoble, Conseil Général de l’Isère), du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, ainsi que la contribution d’acteurs économiques (Sogeti, Enalean) et des relations partenariales avec le milieu académique.

Merci à François pour cette belle initiative.

Source : http://www.echosciences-grenoble.fr/actualites/hacke-detourne-remixe-le-…


Commentaires

L’obsolescence rapide des ordinateurs tient particulièrement
au fait que les développements technologiques et leurs dépendants
logiciel-progiciels rendent incapables les appareils après disons 5 ans.

Il est possible de maintenir en bon état de marche un ordinateur pour plus
longtemps à condition de se satisfaire des progiciels lui correspondant.

RAubyn (non vérifié) le 13/10/2013

@RAugbyn : c’est exactement ce que nous avons démontré en 2010 ici : http://www.greenit.fr/article/logiciels/logiciel-la-cle-de-l-obsolescenc…

admin le 14/10/2013

Bonjour,

l’obsolescence tient effectivement au volet logiciel, mais sous la forme subtile d’une évolution des attentes de l’utilisateur (ah, l’innovation !)

Par contre, il y a aussi une obsolescence tout à fait matérielle, par exemple :
- vieillissement des écrans (et là, le Minitel n’est pas exemplaire, les tubes cathodiques se dé-calibrant de temps en temps)
- usure mécanique, des touches, etc
- vieillissement des composants eux-mêmes (batteries, mémoires non volatiles, etc)

Sur ce point, la construction robuste “made in France” du Minitel, destiné à être prêté à un grand public, est exemplaire : plus l’appareil était robuste, moins France Télécom avait à assumer de coûts de maintenance.

Il y a aussi une autre clef pour la durabilité : la capacité d’extension, l’ouverture des protocoles, et la documentation afférente. Avec sa prise péri-informatique, ses protocoles exhuastivement documentés et la documentation -encore !- disponible, nos Minitel restent utilisables pour des usages qui n’avaient même pas été anticipés à l’époque de leur conception.

Bref, une belle leçon de conception pour la durabilité …

flet2 (non vérifié) le 23/10/2013

L’argumentation de cet article est vraiment limite.

D’un point de vue technologique, un minitel est bien moins complexe qu’un ordinateur (pas de mémoire de masse, très peu de mémoire vive, pas de puissance de calcul, etc.). Il ne sert pas non plus les mêmes usages. La comparaison Minitel / Ordinateur n’a donc pas beaucoup de sens.

Un ordinateur de plus de 5 ans est obsolète au regard des logiciels du moment et des usages du moment, qui demandent bien plus de puissance, de bande passante, de mémoire et de capacités graphiques.

Les ordinateurs d’il y a 25 ans qui fonctionnent encore (j’en possède un), ne permettent pas de naviguer sur internet, ne permettent pas de lire de la musique, ni de lire des films, ne permettent pas de stocker ou d’éditer ses photos de vacances. Bref, ils sont parfaitement fonctionnels, mais complètement inadaptés aux usages actuels. Il en va de même pour les ordinateurs d’il y a 5 ans. Ils ne sont pas spécialement plus fragiles que leurs aînés. Ils le sont même moins. Le problème n’est pas relatif à la durée de vie des machines. Ces ordinateurs sont simplement inadaptés aux usages actuels.

Bref, sous entendre qu’aujourd’hui les constructeurs d’ordinateurs mettent délibérément sur le marché des ordinateurs incapables de durer plus de 5 ans est simplement une bêtise. Tenter de prouver l’inverse en prenant l’exemple d’un minitel remis au goût du jour et permettant de tweeter est au mieux un manque de connaissance du domaine, au pire de la malhonnêteté intellectuelle.

Lionel (non vérifié) le 23/10/2013

@Lionel : La dimension multimédia mise à part, l’usage actuel des ordinateurs n’est pas si différent que cela d’un terminal comme le Minitel puisque tout se fait en ligne. Pour le commun des mortels, un ordinateur grand public permet, comme le minitel, de réserver un billet de train, de trouver une adresse, d’envoyer des messages, de dialoguer dans des forums, etc.

L’objet de cet article est juste de faire un constat :
- durée de vie électronique d’un terminal de type Minitel : 25 ans
- durée de vie active d’un ordinateur en 1985 : 11 ans
- durée de vue active d’un ordinateur en 2013 : 3 à 5 ans

Et de poser des questions simples :
- Pourquoi une garantie affichée de seulement 1 an ?
- Comment en est-on arrivé à devoir légiférer pour s’assurer que les pièces de rechange d’un ordinateur seront disponibles 5 ans ?
- Pourquoi certains modèles récents ne permettent-ils pas d’ajouter de la mémoire vive ou même de changer la batterie (soudée) ?
- etc.

admin le 23/10/2013

Tout-à-fait d’accord pour dire que ce sont les logiciels et usages (Internet, vidéos streaming…) qui rendent les ordinateurs obsolètes. J’ai un apple II de 1983, des PC sous win 3.1 qui fonctionnent encore mais ne sont plus d’aucune utilité. Ceci dit il est possible d’utiliser Word 4 sur un mac de 1990 pour écrire une thèse de 200 pages avec notes de bas de page. Il faut déplorer que les mises à jours des logiciels ne soient pas toujours nécessaires, sauf à rendre obsolètes les machines. Un écrivain qui achète un ordinateur dernier cri pour simplement faire du traitement utilise un camion pour aller chercher sa baguette. Le problème est que l’éditeur demandera à son écrivain d’envoyer son texte en docx par mail. Il n’y a pas que les logiciels qui créent de l’obsolescence, il y a aussi la connectique : Que sont devenus les périphériques scsi et parallèles (imprimantes, scanners, disques externes…), rendus inutilisables “grâce” à la généralisation de l’USB ?

LANGELLIER Bernard (non vérifié) le 24/10/2013

@Bernard : je partage votre analyse sur le rôle clés des logiciels. D’ailleurs, j’ai écrit le premier article en France qui démontre clairement leur rôle (lire ici : http://www.greenit.fr/article/logiciels/logiciel-la-cle-de-l-obsolescenc…) en me basant sur une analyse faite en 2009 par Frédéric Lohier (qui animait GreenIT.fr avec moi à l’époque). Depuis, nous avons écrit des 10aines d’articles sur ce sujet pour présenter des solutions.

En revanche, je ne partage qu’à moitié votre point de vue sur la durabilité des équipements. Les ordinateurs portables récents sont bien plus fragiles que les ordinateurs de bureau d’il y a 25 ans. Les logiciels ne sont donc pas les seuls à raccourcir la durée de vie, il y a aussi le prix des ordinateurs divisé par 20 en 20 ans (à puissance de traitement comparable) qui se traduit par une moindre qualité générale, la réduction de taille et de poids qui, souvent, ne facilite pas la mise à jour matérielle, etc.

Je publierai bientôt un dossier complet sur ce sujet, écrit il à 18 mois, mais toujours valable.

admin le 24/10/2013

Bonjour,

Et oui, il y a encore des allumés pour faire vivre les vieilles machines, comme les bon vieux Amstrad CPC:
http://www.octoate.de/wp/

Ces machines sont increvable car elles n’ont pas de disque dur, et consomment très peux.
Ce qui fait vieillir les ordinateurs, et n’importe quelles machines, c’est surtout les différences de température, donc les étages de régulation de puissance. On était encore loin de la consommation des machines actuelles.

Freddy V (non vérifié) le 11/11/2013

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.