Smart Grid : Microsoft publie un guide d’architecture

Microsoft - Smart Energy Reference Architecture - best practices - cover

Après son tableau de bord Hohm qui facilite le suivi de sa consommation électrique, Microsoft publie un guide d’architecture à destination des fournisseurs d’énergie (PDF).

Annoncé sur son blog Smart Energy (anglais), le Smart Energy Reference Architecture (SERA) a été conçu avec des partenaires tels qu’Accenture, Alstom Power, AREVA, ESRI, Itron et OSIsoft. Il aide les fournisseurs d’énergie à optimiser la distribution d’électricité de bout en bout – smart grid, smart meter, etc. - grâce aux technologies de l’éditeur.

Merci à Patrick pour l’alerte

Source : http://www.microsoft.com/presspass/press/2009/oct09/10-13msraarchpr.mspx


Commentaires

Bonjour,

je vais avoir des mots assez durs mais c’est une honte de faire de la publicité à des sociétés qui surfent sur le green pour vendre leur camelote.

Si vous aviez lu ce papier, vous sauriez que c’est une pub déguisée, comme d’habitude. Microsoft n’a pas plus de vision sur le smart grid que moi sur l’influence de Platon sur le cours du dollar.

Comme trop souvent vous vous contentez de relayer la rumeur sans analyse, sans comprendre. A qui vous adressez-vous ? Si c’est au grand public, vous contribuez à le désinformer, si c’est aux professionnels de l’IT, vous vous ridiculisez.

Vous partiez peut-être d’un bon sentiment en commençant ce blog mais là vous faites n’importe quoi, et pas que sur ce billet. Il est grand temps de vous remettre en question.

Nevo (non vérifié) le 02/11/2009

@Nevo : quels sujets préconisez-vous ? Souhaitez-vous nous rejoindre pour nous apportez votre recul ? Quels sont les autres billets à revoir ? Ce blog est ouvert à tous. Nous manquons de têtes pour réfléchir et de bras pour écrire. Votre aide nous serait précieuse.

L’objectif de ce blog n’est pas de dicter une seule vision des TIC durables, mais de suivre l’actualité et de mettre en commun des informations et des réflexions sur les TIC durables.

admin le 02/11/2009

@Nevo : vous nous aviez prévenus, mais effectivement je vous trouve un peu dur avec l’auteur du billet.

Je tiens moi-même un blog vert, et je peux vous dire que ce n’est pas toujours aisé de choisir de communiquer ou non sur un sujet. Parler d’un nouveau produit, est-ce en faire la promo déguisée ? Comment différencier un cas de greenwashing avéré d’une pub juste un peu trop orientée ? En faisant l’apologie d’un produit, ne vais-je pas pousser les gens à la consommation (inutile) ?

Sur greenit, chaque billet est largement commenté et ouvre le débat. Fred Bordage, peut se tromper ou être floué par un habile annonceur, tout comme moi-même ou vous, Nevo.
Si vous être microsoftophobe, exprimez-vous, pestez contre les opportunistes du green, les pollueurs de toute sorte. Mais je ne crois pas qu’il soit de bon aloi d’attaquer notre hôte qui fait de son mieux en toute bonne foi.

Force Verte (non vérifié) le 02/11/2009

[...] Smart Grid : Microsoft publie un guide d’architecture www.greenit.fr/article/logiciels/smart-grid-microsoft-publie-un-guide-d-... – view page – cached Après son tableau de bord Hohm qui facilite le suivi de sa consommation électrique, Microsoft publie un guide d’architecture à destination des fournisseurs d’énergie (PDF). — From the page [...]

Twitter Trackbacks for Smart Grid : Microsoft publie un gui (non vérifié) le 02/11/2009

Bon, le sujet est assez vaste et requiert pas mal de recul (expérience dans le secteur de l’énergie) pour être bien compris.

Je vais quand même essayer en peu de mots de présenter les choses comme je les vois.

Tout d’abord, l’énergie produite par n’importe qui sur le réseau, sera consommée au point de consommation le plus proche qui appellera (consommera) de l’énergie. De façon simple, si mes panneaux solaires produisent, alors que je suis absent, mais que mon voisin consomme, ma production sera consommée par lui. C’est un pur principe physique de “transport” de l’énergie électrique, le même qui amène l’énergie produite par les centrales au transfo de mon ordinateur. Evidemment, mon compteur (non smart) tourne à l’envers pendant ce temps, tandis que celui de mon voisin tourne normalement (à l’endroit). Pour réaliser ceci, aucun compteur intelligent, ni smart grid n’est nécessaire.

Cependant cette production, comme les autres productions vertes ne sont pas suffisamment gérables. Je veux dire que l’on ne sait pas combien d’énergie va être produite (injectée dans le réseau) à un moment donné, ni où cette injection va se produire. Il est donc quasi impossible de la mettre en adéquation avec la consommation.

En fait la même incertitude s’applique (en théorie) à la consommation. Je dis en théorie, parce que depuis le temps qu’on produit, transporte et distribue de l’électricité au consommateur, des montagnes d’études statistiques ont été faites sur la consommation (des particuliers), de sorte qu’elle est - dans sa globalité - très très prédictible en fonction de quelques paramètres (principalement la température extérieure).

Pour améliorer ces prédictions, et tenir compte des productions locales, le mieux serait d’équiper chaque connexion réseau d’un compteur à mesure automatique en temps réel, et de collecter l’information auprès du gestionnaire de réseau (distributeur local, mais surtout transport - Elia).

Cela n’était pas possible dans le temps. A cause du coût (compteurs, serveurs, lignes data) et de la situation technologique (l’ICT d’il y a 20 ans ne le permettait pas). Aujourd’hui c’est faisable, mais les coûts restent importants (il y a quand même de l’ordre de 4,5 millions de compteurs en Belgique). Aller changer tous les compteurs représente un fameux budget, que l’on fera supporter à coup (coût) sûr par le consommateur alors qu’il n’en retirera rien (du moins directement). Imaginons un peu, 4,5 millions de compteur, en minimisant à 100€ chacun et 2 heures pour l’installation (rendez-vous, placement, test, remballer les outils, …) à 75€ de l’heure, cela fait 250€ par compteur et donc plus d’1 milliard € pour 4,5 millions de compteur. L’énergie est vraiment le monde du giga (voire du téra). Et c’est vraiment minimaliste, parce que le compteur doit enregistrer les données (data logger), les transmettre (antenne et modem grps) et recevoir les données tarifaires à appliquer (petit CPU et petite mémoire, plus firmware).

Le but du compteur intelligent / smart grid est donc de mieux gérer la production réseau d’énergie (injection des centrales) en fonction des consommations et productions des particuliers (ou petites entreprises, de façon générale: décentralisées). Mais ici on est au niveau des productuers et gestionnaires de réseau, pas au niveau du fournisseur d’énergie. Le fournisseur achète au producteur, paye la dsitribution et revend au client. Pour le fournisseur , ce que le smart grid va apporter, et ce n’est pas certain que ce soit un plus, c’est la possibilité d’inventer des tarifs du type vacance ou de 50% du prix de 14 à 16h, … un peu ce que font les opérateurs télécoms avec les plans tarifaires gsm.

En clair, les consommateurs seront, à terme, bombardés par des plans tarifaires qu’ils ne comprendront pas, recevront des factures qu’ils ne comprendront pas et ne s’en sortiront plus pour choisir leur fournisseur d’électricité ou le plan qui leur convient le mieux. Au pire, il devra en permanence scruter l’évolution du prix de l’énergie (heure par heure) pour savoir s’il ferait mieux de charger les batteries de sa voiture maintenant ou attendre que les prix baissent. Le consommateur (tout sensible qu’il soit à l’environnement) sera 3 fois le dindon de la farce: il payera pour l’installation du compteur (çà c’est certain), il ne comprendra plus rien à sa facture d’électricité, et même s’il connaît bien le secteur de l’énergie il endossera le risque de consommer au pire moment.

Je pense donc qu’au bout du compte le consommateur en aura marre et n’aura plus l’énergie (humaine) pour s’intéresser à la vraie problématique.

Tous les autres acteurs de tout bord: consultants, fabricants de compteur, installateur de compteur, vendeur de hardware et de software, eux se frottent les mains, le marché est juteux et il y a à manger pour tout le monde. Peut-être un plus pour la population qaund même, il faudra des mains pour réaliser tout ceci, et donc probalement des emplois à la clé. Tout n’est pas négatif.

On peut bien sûr aller beaucoup plus loin et imaginer des politiques (aïe je déteste ce mot, mes doigts se sont faits mal sur les touches du clavier) de régulation. Mais là on entre dans d’autres problèmes du genre qu’est-ce qui est juste (équitable) qu’est-ce qui ne l’est pas et tatata… Je veux dire que si on veut vraiment obtenir un bénéfice environnemental avec le smart grid, il y a toute une boulangerie sur la planche.

Dream-K (non vérifié) le 09/06/2010

Great post. It was helped me. Thanks for admin.

Anonyme (non vérifié) le 27/03/2011

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.