Un iPhone consomme 388 kWh par an !

generique - greenpulse - mesure courbe watt - simple

Un grand nombre de lecteurs et de lectrices de GreenIT.fr m’ont écrit en privé pour me demander pourquoi nous n’avons pas été les premiers à publier les chiffres clés repris dans cet article du Monde.

Il y est notamment affirmé que « les TIC pèsent, avec 1 500 teraWatt-heure d’électricité consommée par an, pour 10 % de la production mondiale » et « qu’un iPhone consomme davantage d’électricité qu’un réfrigérateur – 361 kiloWatt-heure par an en moyenne, contre 322 kW-h ». Deux chiffres qui en jettent !

Cependant, nous avons décidé de ne pas relayer cette information, pour trois raisons :

  • d’une part, l’article du Monde ne cite pas la bonne source. L’estimation de consommation électrique d’un iPhone n’a pas été publiée par le Digital Power Group dans son étude « The Cloud Begins With Coal » en août 2013, mais par Max Luke, associé au Breakthrough Institute, dans un article citant Mark Mills, CEO of Digital Power Group ;
  • d’autre part, l’auteur du calcul, comme le démontre JG. Koomey, n’est pas sérieux. Son étude est truffée d’erreurs. On ne peut que croire JG Koomey qui est le spécialiste mondial du sujet. Et qui, contrairement Mr Mills, n’est pas sponsorisé par l’industrie du charbon ;
  • enfin, le chiffre exact détaillé dans l’article du Breakthrough Institute est de 388 kWh / an et non 361 kWh / an. Les 361 kWh / an sont extrapolés d’une estimation d’AT Kearney qui n’a rien, elle aussi de solide. Bref, c’est un véritable château de carte construit à partir de données qui ne sont pas du tout homogènes (dont le mode de calcul, le périmètre, et la fiabilité varient dans des proportions déraisonnables)

Non. L’infrastructure (data center et réseau) nécessaire pour fournir le contenu à un iPhone pendant un an ne consomme pas 388 kWh par an. Non. Les TIC ne consomment pas « 1 100 à 1 800 TWh/an soit, 10 % de la consommation électrique mondiale annuelle ». En fait, on n’en sait rien. Et il faudrait de nombreux mois d’étude à des spécialistes pour pouvoir sortir un chiffre fiable, surtout à l’échelle mondiale.

Ce qui est hallucinant, c’est que de nombreux médias français dignes de ce nom comme Les Echos et Le Monde ont repris cette information sans enquêter. La crédibilité du Times, un des premiers grands médias à avoir relayé l’information, a suffi.

Il y a déjà quelques mois, les médias français avaient repris, sans réfléchir, le rapport sur l’obsolescence programmée d’un pseudo organisme européen. Ce rapport était en fait un mémoire de fin d’étude d’une stagiaire propulsée ainsi spécialiste du sujet. Problème, le rapport se bornait à compiler les cas connus d’obsolescence programmée passés à la télévision (Arte, France 2, etc.) tout en ajoutant de nombreuses contre-vérités et un description très personnelle des différentes formes d’obsolescence programmée.

L’équipe de GreenIT.fr (100 % bénévole) aimerait reprendre ces communiqués de presse sans réfléchir, comme le font les grands médias français. Nous passerions ainsi plus de temps avec nos familles. Mais notre déontologie nous l’interdit et nous oblige même, comme aujourd’hui, à justifier la non reprise de ces absurdités… Drôle de monde.


Commentaires

Si l’info est fausse, pourquoi ce titre? Une formulation négative ou interrogative aurait surement été plus appropriée.

Justhouz (non vérifié) le 30/08/2013

je suis bien d’accord avec vous, ce chiffre à circuler partout sans aucune vérification !

Pour ce qui est des journaux, pour le Monde il s’agit d’un article de blog. Doit-on réclamer la même rigueur à un journaliste qu’a un blogueur ?

Tibo (non vérifié) le 30/08/2013

@Justhouz : effectivement. Vous avez parfaitement raison. J’aurais du soigner le titre et le mettre à la forme interrogative. J’ai réagi un peu à chaud et trop vite.

admin le 30/08/2013

@Tiob : c’est un article paru sur un blog “officiel” du Monde tenu par des journalistes du monde. Donc oui, on peut s’attendre à un minimum de sérieux. Tout le monde fait des erreurs. Ce n’est pas grave. Mais là, l’auteur de l’étude principal est notablement connu (comme le souligne Koomey) pour son incompétence. L’étude est sponsorisée par l’industrie du charbon. Qu’est-ce que l’auteur de l’étude et l’industrie du charbon connaisse à ce sujet ? Rien, c’est une évidence. Dans ce cas, il eut été plus raisonnable d’avertir les lecteurs avant d’affirmer avec autant de force ces chiffres. Ceci-dit, s’ils lisent les commentaires, les auteurs de l’article peuvent toujours corriger le tir. Nous le faisons régulièrement sur GreenIT.fr. C’est à cela que servent les commentaires : à plusieurs, on est moins bête :-).

admin le 30/08/2013

Ca ne m’étonnerait pas. Sachant qu’un iphone se recharge tous les soirs. De plus, les Datacenters Apple seraient parmi les plus polluants des industries IT (électricité fournie à base de charbon).
Concernant l’obsolescence programmée chez apple, vous la verrez bientôt. Ils sortiront, fin septembre, l’iphone 5S, avec une processeur 31% plus rapide que l’ancien. Pourquoi ? Pour faire fonctionner ios7 de manière fluide. Il suffit de faire quelques recherches pour tomber sur des forums d’iUtilisateurs se plaindre de quelques ralentissements depuis qu’ils sont passés sous ios7…

Stefan (non vérifié) le 30/08/2013

@Stefan : remarques judicieuses. Nous avons déjà traité la plupart des sujets que vous abordez, c’est pour cela que nous ne sommes pas revenus dessus et que nous nous sommes concentrés sur la consommation électrique d’un iPhone.

Plus d’infos ici :
- www.greenit.fr/tag/Apple
- www.greenit.fr/tag/obsolescence-programmee
- www.greenit.fr/tag/eco-conception-logicielle

Le chiffre en lui même parait cependant très exagéré. Il repose par exemple sur le fait que tous les utilisateurs regardent sur leur iPhone de la full HD plusieurs fois par mois. Il y a plus d’une douzaine d’hypothèses de base aussi peu rationnelles que celle là dans les calculs aboutissant à 388 kWh / an.

admin le 30/08/2013

JG Koomey explique la manipulation (ou du moins les erreurs grossières de méthodologie) très bien. (Par exemple, un des “trucs” utilisés est qu’on calcule l’énergie nécessaire pour un utilisateur d’un iPhone basé sur la moyenne de consommation de données d’un forfait 4G, mais en utilisant la moyenne de consommation électrique par GigaBits d’un réseau 2G, qui est bien moindre. On prend la plus grosse consommation de données et le réseau le moins efficace, alors que ça n’a aucune chance d’arriver dans la réalité.)

A noter que la statistique reprise par tout le monde est qu’un iPhone consomme plus que votre réfrigérateur (là encore, les chiffres de la consommation électrique “moyenne” d’un frigo ne sont pas les bons). Et comme l’explique l’article de Koomey sur son blog, il y a 10 ans, un certain Mark Mills avait réalisé une “étude” dont les conclusions étaient… que “un PDA Palm consomme plus d’électricité qu’un réfrigérateur” !! Surprise surprise.

Bugo (non vérifié) le 31/08/2013

@Admin : Oui, j’ai lu ces très bons articles. Ceci dit, je suis entièrement d’accord avec vous, ce chiffre semble quelque peu exagéré, car il se base sur des suppositions d’utilisations, et non sur la moyenne d’un échantillon représentatif de personnes, qui aurait une valeur peut-être plus précise.

Stefan (non vérifié) le 02/09/2013

Un bon article sur le sujet pour aller plus loin : http://tomroud.cafe-sciences.org/2013/09/02/iphone-refrigerateur-et-comm…

Perre Ozoux (non vérifié) le 05/09/2013

Lisez cet article visionnaire du 7 septembre 2000, dans tous les cas le green IT est un rêve qui ne se réalisera pas.

http://www.liberation.fr/sciences/2000/09/07/-_336396

L’ordinateur ultime sera un trou noir.
 Lisa

Lisa Bali (non vérifié) le 12/09/2013

Une question à l’attention de Frédéric Bordage

L’article parle de la consommation d’un smartphone/ordiphone pendant 1h seulement pour visionner un film certainement HD transféré en streaming et haut débit.

http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/consommation-electricite-in…

388 KWh Est-ce la consommation d’un iPhone sur une année ou sur 1 heure ?

D’avance merci.

Lisa Bali (non vérifié) le 12/09/2013

@Lisa Bali : Les 388 kWh représentent une consommation annuelle, sur la base du scénario que vous décrivez, prenant en compte le réseau et les serveurs. Votre second lien n’a aucun intérêt puisqu’il se contente de citer un chiffre sans proposer la source ni le détail des calculs. Ce n’est pas sérieux et ce justement ce que nous dénonçons dans notre article.

Le “green IT” n’est pas un rêve. Certes, les technologies de l’information et de la communication auront toujours un impact environnemental direct négatif. Mais, bien utilisées, ces technos permettent aussi de réduire considérablement d’autres impacts. Si on prend le critères des gaz à effet de serre, l’impact environnemental d’un site web (serveurs, ordi des internautes, etc.) de covoiturage est minime comparé aux millions de kms évités, à la fluidification du trafic (temps d’attente dans les bouchons évité), à la réduction de la pollution locale de l’air (santé des piétons), et à la démonstration que la (re)mutualisation de l’économie est possible.

Par ailleurs, le niveau d’écoconception d’une partie des équipements IT progresse. A puissance de traitement égale, un microprocesseur consomme 40 fois moins d’énergie qu’il y a 60 ans. On commence même à parler d’écoconception des logiciels. Donc un cycle positif est amorcé.

admin le 12/09/2013

Yes ! Enfin du journalisme d’investigation dans le domaine technique (qui trop souvent relève du psittacisme pur) ! Bravo GreenIT.fr (alias Fred Bordage) pour cette analyse de qualité.

f_let (non vérifié) le 18/09/2013

Sur cette consommation des NTIC et de l’IT au sens large, y-a-t-il des chiffres fiables ?

Arcep qu’on était déjà, en France, à 7% en 2008 (source UIT)
est-ce que ces données sont plus fiables ?

GreenIt.fr s’est il livré à l’exercice ?

Xavier Verne (non vérifié) le 28/10/2013

@Xavier : non. il n’y a pas de chiffres fiables. Seulement des ordres de grandeurs et des points de sensibilités identifiés.

Tous les chiffres dont nous disposons sont des estimations à la grosse louche. Et GreenIT.fr n’a pas les moyens d’affiner ces estimations car il faut mener une campagne de mesure sur le terrain (plusieurs milliers d’habitations) avec un wattmètre derrière chaque appareil électrique. Puis extrapoler les chiffres obtenus à l’aide du taux d’équipement moyen en TIC par typologie de logements, etc. On parle de plusieurs millions d’euros !

Je ne connais pas les chiffres de l’ARCEP.

L’iDate estime la conso à 7,3 % de la conso total de la France en 2010 et prévoyait 6,7 % en 2012. Il y a fort à parier que chiffre a augmenté plutôt que baissé.

A l’inverse, le gouvernement (CGIET) estimait la consommation des TICs à 13,5% de la consommation d’électricité par les applications finales en 2008. Et constatait un fait : une croissance de 10% par an sur les 10 dernières années.

La consommation :
- augmente dans certains domaines (stockage des données, box internet triple play Vs simple modem) ;
- mais baisse dans d’autres : ordinateur portable Vs desktop énergivore, etc.

Bien malin qui affirmera un chiffre avec certitude. Par contre, on peut évaluer la qualité des méthodos utilisées pour faire ces estimations. C’était l’objectif de cet article.

admin le 28/10/2013

ce chiffre en lui même n’est il pas un peu exagéré ?

Lyon (non vérifié) le 20/11/2013

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.