La France, championne du monde de l'auto-partage peer-to-peer

Générique - auto-partage

[article écrit par Ludovic Coutant]

Au travers de cet article, nous espérons expliciter l’étendue des avantages conférés par l’auto-partage peer-to-peer ainsi que d’inviter ses utilisateurs et futurs utilisateurs à répondre à un court sondage (5-10 min). Les résultats de ce questionnaire serviront par la suite à la réalisation d’un mémoire ayant pour bût de proposer des pistes d’amélioration de l’offre actuelle d’auto-partage peer-to-peer.

Répondre au sondage
Dès 2010, plusieurs entreprises françaises ont mis sur le marché français un moyen novateur d’accéder aux modes de transport automobile. Posséder une voiture coûte cher (plus de 4500 € par an en moyenne pour une berline de taille moyenne) et s’avère rarement être une bonne affaire pour le peu de services rendus, surtout si l’on prend en compte le fait que la voiture reste inutilisée 95% du temps. L’auto-partage peer-to-peer permet alors aux personnes qui choisissent de ne pas acheter de voiture de disposer d’une véritable offre de substitution. Ceci en ayant accès à tous les avantages normalement réservés aux propriétaires d’automobiles, mais pour une fraction de son coût. Côté propriétaire, l’auto-partage peer-to-peer permet également de subventionner les coûts d’acquisition et d’entretien d’un véhicule en le louant à d’autres. En moyenne, un propriétaire est rémunéré 350 € par mois.

L’auto-partage peer-to-peer est donc un service qui permet la rencontre de l’offre et de la demande de la location automobile de courte durée. L’échange s’opère entre particuliers, généralement pour quelques heures, avec un coût d’environ 8 euros de l’heure (les prix varient en fonction du modèle de la voiture, du propriétaire, etc.). Ce modèle est assez semblable aux nouveaux services de location de voitures tel que Autolib mais diffère sur certains aspects. En utilisant des voitures déjà présentes sur le réseau routier, les entreprises d’auto-partage peer-to-peer économisent plus de 60% des dépenses supportées par les sociétés traditionnelles de location de voitures. Elles sont par conséquent en mesure de croître et de s’étendre plus rapidement et sur un territoire plus grand. Plus rapidement car elles ont une trésorerie simplifiée et sur un plus grand territoire parce qu’elles sont en mesure de desservir même les zones peu peuplées.

L’essor de la technologie mobile est sans conteste un élément centrale dans la réussite d’un tel procédé. Sans smart phones l’auto-partage peer-to-peer ne serait aujourd’hui qu’un marché cantonné à une petite niche d’éco-consommateurs. Mais au contraire, l’auto-partage peer-to-peer est devenu un excellent exemple de réussite de la tendance émergente qu’est la consommation collaborative. Après avoir été appliqués aux médias numériques et aux produits intangibles, par le biais des réseaux de partage, le peer-to-peer s’attaque aujourd’hui aux artefacts physiques.

Notre démarche :
Comme nous l’avons expliqué plus tôt dans cet article, nous préparons actuellement un mémoire sur l’auto-partage peer-to-peer. Notre objectif est d’examiner l’expérience utilisateur d’un tel business model, jusqu’à maintenant inédit. Emprunter ou louer une voiture à quelqu’un que vous ne connaissez pas est un concept inhabituel surtout lorsqu’il coûte à peine le prix d’un déjeuner sur le pouce. Cependant, le taux de satisfaction des utilisateurs de ce service est extrêmement élevé. Or, les explications manquent sur ce qui attire, plait ou agace les utilisateurs. C’est pourquoi, nous essayons dans nos travaux d’obtenir des retours d’expérience.

Pour compléter nos recherches, nous faisons aujourd’hui un appel à témoin afin de répondre une courte enquête (5-10 min). Vous pouvez y participer que vous ayez ou non déjà utilisé un service d’auto-partage peer-to-peer.

Pour plus d’info sur nos travaux, n’hésitez pas à consulter notre site web.

Nos infographies vous permettront également d’avoir une meilleure idée du concept d’auto-partage peer-to-peer et du périmètre de notre étude.

Bien devant les États-Unis, la France est en tête du classement des pays utilisateurs d’auto-partage peer-to-peer. Ces deux pays, leaders dans ce domaine, observent aujourd’hui une expansion très rapide de ce service.

Pour découvrir les acteurs français de l’auto-partage peer-to-peer, en voici une liste (par ordre alphabétique):
Buzzcar
CityzenCar
Deways
E Loue
Livop
Drivy
Une Voiture a louer
Zilok

source : http://www.leblogdudd.fr/2012/05/07/la-france-championne-du-monde-de-lau…


Commentaires

Pour être exact, l’article a été écrit par Aaron Lewis et Mark Simmons puis traduit en français par moi-même.

Merci d’avoir relayé l’info.

Ludovic

Ludovic (non vérifié) le 10/05/2012

merci pour l’info, mais qu’est ce que l’autopartage peer-to-peer et comment est ce que cela fonctionne concrètement ?

Anonyme (non vérifié) le 10/05/2012

@anonyme : On peut traduire le terme par “auto-partage entre particuliers”. Il s’agit de :
- partager son véhicule avec d’autres particuliers lorsqu’on en possède un,
- emprunter un véhicule à un particulier lorsque l’on n’en possède pas.

Cette démarche s’inscrit dans le sujet, plus vaste, de la consommation collaborative.

admin le 10/05/2012

La location entre particuliers prend un essort important, le peer-to-peer pour la location de voitures, mais aussi la location de coffre de toit entre particuliers, la location de remorques entre particuliers, la location de jeux , etc.

Cédric (non vérifié) le 10/05/2012

Posséder une voiture coûte cher (plus de 4500 € par an en moyenne pour une berline de taille moyenne) et s’avère rarement être une bonne affaire pour le peu de services rendus, surtout si l’on prend en compte le fait que la voiture reste inutilisée 95% du temps.”

Tout le monde n’habite pas dans une grande ville avec tous les commerces accessibles à pied et un réseau de transports en commun. 50% de la population française vit en ville, le reste “à la campagne”. Ça ressemble encore à une vue nombriliste de citadin (les Parisiens croient par exemple que tout le monde voudrait vivre à Paris et croient qu’au delà c’est un trou perdu qui existe à peine http://bloglaurel.com/coeur/index.php/2011/09/29/3047-le-mammouth ). J’ai voulu faire valoir mon point de vue, mais le sondage a l’air clos… dommage.

GuB (non vérifié) le 14/05/2012

@GuB : Je partage votre point de vue. Mais en partie seulement. Etant basé en périphérie de Grenoble (entre ville et campagne), il y a de nombreux déplacements que j’effectue en transport en commun, à pied ou en vélo. La voiture m’est indispensable, mais dans moins de 50 % de mes déplacements (loisir montagne, déplacements pros sur des axes transversaux mal desservis par le train, etc.).

admin le 15/05/2012

Ce que je veux dire est très bien dit dans cet article (http://www.liberation.fr/economie/2012/05/15/il-y-a-une-injustice-fondam…)
“Les taux d’utilisation de la voiture particulière pour les trajets domicile-travail varient en France de 14% à 84%. Cette différence ne dépend pas d’un choix réel de l’utilisateur mais plutôt d’une contrainte car certains Français ont le choix d’utiliser leur voiture ou les transports en commun, d’autres non.”

C’est l’aspect culpabilisant de “tu as une voiture pour pas t’en servir et si tu l’utilise au lieu de prendre les transports en commun, tu es un vilain pollueur.” qui m’agace.
Encore une fois : Tout le monde n’a pas le choix !
Je me sens très concerné par l’écologie, je ne suit pas ce site par hasard, mais je n’apprécie pas d’être montré du doigt parce que je n’utilise pas les transports en commun : il n’y en a pas chez moi, ou alors pas adapté !
D’autant qu’entre ma pollution personnelle avec mes gestes quotidiens et celle d’un usager des transports en commun qui n’a aucune conscience écologique, c’est vite vu.

GuB (non vérifié) le 16/05/2012

@GuB : loin de moi l’idée de vous montrer du doigt. Habitant en “province” je sais que la voiture est, malheureusement, indispensable pour un certain nombre de trajets. Ce que je déplore. Et il y a effectivement une pression fiscale injuste sur les “condamnés” à utiliser leur voiture.

Ceci-dit, l’idée de cet article est de vous aider à faire des économies tout en réduisant votre empreinte environnementale en vous montrant qu’il y a des solutions qui se dessinent : covoiturage, auto-partage entre particuliers, etc.

admin le 16/05/2012

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.