Catégorie : LogicielsCatégorie : Matériel

Android 7 disponible pour le Fairphone 2

La version 7.1.2 ‘Nougat’ du système d’exploitation Android peut désormais être installée sur le Fairphone 2. Cette mise à jour ne s’inscrit pas dans une course à la nouveauté mais vise plutôt à « permettre à Fairphone de continuer à proposer des mises à niveau sécurisées pour le Fairphone 2″ indique l’entreprise.

On le sait, en l’absence de mise à jour du système d’exploitation, les utilisateurs n’ont pas d’autre choix que de changer de smartphone. Dans le cas contraire, ils s’exposent au risque de se faire dérober leurs données personnelles.

« La principale raison pour laquelle nous avons consacré nos ressources à ce projet est qu’il s’inscrit dans notre engagement à produire des téléphones plus durables » indique l’entreprise qui rappelle qu’avec cette mise à jour, elle ne vise pas plus récent, mais plus durable.

La mise à jour de l’OS aussi importante que l’amovibilité de la batterie

Pour Fairphone, le système d’exploitation est un composant aussi important que la batterie, l’écran ou le capteur photo. D’où un investissement conséquent. L’entreprise estime que les heures travaillées, combinées aux coûts externes de développement et à la certification, portent le coût total de cette mise à jour logicielle à environ 500 000 euros.

Pour une petite entreprise comme Fairphone, il s’agit d’un investissement déterminant car les logiciels jouent un rôle crucial pour conserver les téléphones plus longtemps.

Une mise à jour impossible sans l’ouverture du code

Le fait que le système d’exploitation soit un logiciel libre est également déterminant. En effet, les puces utilisées dans le Fairphone 2 ne sont plus supportées par leur fabricant. C’est donc en grande partie grâce au travail réalisé par la communauté open source que le Fairphone 2 a pu être mis à jour.

Un cas d’école pour l’indice de réparabilité

La France et l’Europe prépare un indice de réparabilité qui visera notamment les smartphones et les ordinateurs portables.  Le cas de cette mise à jour est très intéressant. Non seulement il rappelle que la mise à jour du système d’exploitation est critique pour allonger la durée de vie d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur. Mais il apporte aussi plusieurs enseignements clés qui devraient, en toute logique, inspirer les pouvoirs publics :

  1. La modularité (capacité à changer soit même ou facilement) des pièces d’usure – batterie et écran notamment – n’est pas suffisante pour rendre un smartphone réparable.
  2. Le système d’exploitation est un composant aussi important que la batterie ou l’écran car il faut le réparer régulièrement, c’est à dire boucher des failles de sécurité et corriger des dysfonctionnements (bugs).
  3. L’ouverture du code (logiciel libre et open source)  garantit la possibilité de mise à jour même lorsque le fabricant (dans le cas présent du microprocesseur) ne l’assure plus.
  4. La dissociation des mises à jour correctives (bug, faille de sécurité) et des mises à jour évolutives (apport de nouvelles fonctionnalités) permet d’éviter le phénomène d’obésiciel tout en garantissant un bon niveau de stabilité et de sécurité.

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques et anime, GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In