Catégorie : Constructeur

Greenpeace félicite Fairphone

Après un rapport sur l’obsolescence programmée des smartphones cet été, Greenpeace vient de publier la vingtième édition de son Guide pour une high-tech responsable.

Dans cette  édition 2017, seul Fairphone se distingue nettement du reste de l’industrie en obtenant la note de B. Apple le suit de prêt avec un B-. A l’opposé, des géants comme Google, Samsung, LG, Sony et Huawei ne dépassent pas D. Amazon fait officiellement son entrée parmi les cancres avec la note de F.

Parmi les principaux points qui ressortent de l’analyse de Greenpeace, il faut noter :

  • Un manque criant de transparence de la supply chain. Sur les 17 entreprises auditées, seules 6 publient une liste incomplète de leurs fournisseurs. Fairphone et Dell se distinguent en fournissant une liste détaillée de leurs fournisseurs et des composants ou services qu’ils leur fournissent. Pour rappel, la majorité des impacts environnementaux des équipements électroniques ont lieu lors de l’extraction des matières premières (minerais notamment) et de leur transformation en composants électroniques.
  • Peu de progrès concernant l’énergie utilisée dans les usines. Malgré des progrès notable au niveau des bureaux et des centres de données, Greenpeace note que pratiquement aucun fabricant n’alimente ses usines avec des énergies renouvelables. Or, ce sont les usines d’assemblage des équipements qui représentent la plus grosse consommation d’énergie des fabricants. Selon l’ONG, les émissions de gaz à effet de serre déclarées pour 2016 par les 17 entreprises du classement représentent 103 millions de tonnes équivalent CO2, soit autant que la république Tchèque.
  • Une obsolescence programmée bien présente. Greenpeace estime que l’obsolescence programmée est désormais intégrée comme un axe de conception des produits. Pour faire face à la saturation du marché, la majorité des fabricants conçoivent des produits dont la durée de vie raccourcit, notamment parce qu’ils sont difficiles à réparer et à faire évoluer. Apple et Samsung ne vont clairement pas dans le bon sens. En revanche, du fait de leur positionnement sur le marché des entreprises, HP et Dell font des progrès depuis de nombreuses années. Mais c’est surtout l’approche de Fairphone qui est saluée en terme de réaparabilité et d’évolutivité. Lire notre article sur le Fairphone 2.
  • pas de traçabilité des déchets électroniques. En corollaire, Greenpeace note que malgré la mise en place de programmes volontaires de collecte et retraitement des DEEE chez certains fabricants (c’est une obligation légale pour tous depuis 10 ans en Europe, mais pas forcément sur toute la planète), aucun acteur ne sait ce que deviennent ses équipements une fois collectés !
  • Peu de matériaux recyclés. Certains fabricants intègrent du plastique recyclé depuis de nombreuses années. Mais très peu d’autres matériaux recyclés sont utilisés. Dell est en avance sur les autres fabricants concernant le plastique et Apple vient d’annoncer qu’il allait travailler sur l’étain et l’aluminium. Mais seul Fairphone utilise du tungstène recyclé.

 

Source : Greenpeace avec GreenIT.fr

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In