Catégorie : Bonnes Pratiques

SEDD 2017 : j’utilise une énergie renouvelable

Dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable (#SEDD 2017) nous vous proposons 5 gestes clés à mettre en œuvre pour réduire significativement, et quasiment sans effort, les impacts environnementaux associés à votre empreinte numérique quotidienne.

Ces 5 gestes clés sont, par ordre décroissant d’importance :

  1. J’allonge la durée de vie des matériels en favorisant le réemploi
  2. J’adopte une conception responsable pour mes services numériques
  3. Je réduis les impressions et je collecte le papier bureautique sans le froisser
  4. J’utilise une électricité fabriquée à partir d’une énergie primaire renouvelable
  5. Je débranche tout ce qui peut l’être, aussi souvent que possible

Pour bien commencer la semaine, nous vous proposons de nous focaliser sur le quatrième geste clé de la liste : utiliser une électricité fabriquée à partir d’une énergie primaire renouvelable.

Choisir la nature de l’électricité consommée

La consommation électrique du numérique n’est pas un sujet de préoccupation majeur car les principaux impacts ont lieu lors de la fabrication et de la fin de vie des équipements. On peut cependant réduire facilement les impacts associés à la production de l’électricité consommée par ces équipements. Il suffit pour cela d’utiliser des électrons produits à partir d’une énergie primaire renouvelable.

L’eau est le meilleur candidat car on utilise directement sa force motrice (barrage sur une rivière, conduite forcée, etc.) pour entraîner une alternateur qui génère l’électricité. Comme il n’y a pas de combustion, on n’émet pas de gaz à effet de serre. On ne consomme pas d’eau. Le taux de transformation entre énergie primaire (la force motrice de l’eau) et énergie finale (l’électricité) est proche de 1 , alors qu’il faut 3 kWh d’énergie nucléaire pour créer 1 kWh d’électricité. Enfin, les barrages sont déjà construits dont on n’ajoute pas d’impacts liés à la fabrication (contrairement aux éoliennes et panneaux solaires).

Le seul problème, c’est qu’il est impossible de se raccorder directement sur le barrage. Les électrons qu’il produit sont donc mélangés avec tous les autres électrons (nucléaires, éoliens, gaz, etc.) sur les lignes hautes tensions qui les transportent des producteurs aux consommateurs.

Solutions

Le système de garantie d’origine (voir aussi ici) garantit au consommateur final qu’une quantité d’électricité – issue d’une énergie primaire renouvelable – identique à celle qu’il a consommé est injectée sur le réseau de distribution à sa demande. Ce mécanisme assure la traçabilité entre le producteur et le consommateur. Il permet également de choisir la nature de l’énergie primaire utilisée : force motrice d’un cours d’eau, vent (éolienne), rayonnement solaire (panneau photovoltaïque), etc.

  • Acheter des certificats de garantie d’origine.

Sources : GreenIT.fr

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In