Catégorie : Bonnes Pratiques

Green IT : 5 bonnes résolutions pour 2015

Le début d’année est une période propice pour remettre les compteurs à zéro et mettre enfin en oeuvre les bonnes résolutions qui nous trottent dans la tête depuis longtemps. L’occasion de vous présenter 5 gestes clés à adopter définitivement en 2015.

1. Je ne change aucun équipement électronique
Le geste le plus intéressant pour votre porte monnaie et pour la planète est simple : surtout ne rien changer. En utilisant vos équipements électroniques le plus longtemps possible, vous réduisez efficacement votre empreinte écologique. En effet, il y a bien plus d’émissions de gaz à effet de serre, d’eau, de matière première et de pollution dans la fabrication des objets que dans leur utilisation quotidienne. Par exemple la fabrication d’un ordinateur portable en Chine émet 100 fois plus de gaz à effet de serre que un an d’utilisation en France !

2. Je répare
Tout est devenu jetable. Au point qu’on ne cherche même plus un réparateur. Pourtant, 85 % des ordinateurs usagés peuvent être réparés. La proportion est à peu près identique pour les téléphones et un grand nombre d’autres équipements électroniques. Si vous ne souhaitez pas faire l’effort de faire réparer vos équipements pour votre usage, privilégier tout de même les organismes et lieux de collecte qui redonneront une seconde vie à vos équipements. Vous trouverez une carte des principaux acteurs en France à cette adresse : www.recyclage-informatique.net.

3. J’achète reconditionné
Et oui, le réemploi d’équipements reconditionnés prend peu à peu le relais de la simple occasion. C’est la même chose, sauf que les équipements sont nettoyés, vérifiés, et si nécessaire, réparés. Bref, vous disposez d’un équipement presque neuf, prêt pour une seconde vie. A défaut d’acheter du matériel d’occasion reconditionné, privilégiez du matériel éco-conçu. Les éco-labels tels que EPEAT vous permettront d’établir une première liste de candidats potentiels.

4. Je recycle
Si le papier à 5 vies, l’électronique n’en a généralement que 2 ou 3. Arrive donc fatalement un moment où votre fidèle smartphone / ordinateur / tablette tire définitivement sa révérence et où il devient stupide, à moins d’être riche comme crésus, de le faire réparer. Le recyclage de la bête peut alors commencer. On commence par réutiliser les composants encore fonctionnels. Le reste est généralement broyé pour en extraire les matériaux précieux, notamment l’or, l’argent, le cuivre, le platine, etc. Cette opération de recyclage est particulièrement dangereuse pour l’environnement car elle fait appel à de hauts fourneaux, des bains d’acide chlorhydrique, du cyanure et d’autres joyeusetés du même acabit. L’idéal est d’apporter directement ses équipements en fin de vie à un point de collecte d’un éco-organisme certifié tel que Ecologic et Ecosystème ou au magasin dans lequel vous achetez un nouvel équipement. Les entreprises n’ont pas à gérer la collecte qui doit être prise en charge gratuitement par le fabricant ou son distributeur.

4. Je débranche tout
Le numérique consomment 13,5 % de la facture électrique française. A la clé : des tonnes de gaz à effet de serre rejetés qui accélèrent le réchauffement climatique et des tonnes de déchets radioactifs à stocker pendant plusieurs centaines de milliers d’années. Eteindre son PC, sa télévision, ou sa chaîne Hi-fi n’est pas suffisant. Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), à l’échelle mondiale, les équipements électriques et électroniques connectés ont consommé 400 TWh d’électricité en 2013, uniquement lorsqu’ils étaient en veille. En attendant que le mode veille ne consomme pas d’énergie (directive EuP), il faut débrancher physiquement tous les appareils électriques. Par exemple en les branchant sur une multiprise munie d’un interrupteur.

Source : GreenIT.fr

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In