Catégorie : Matériel

Quelle est la composition de mon téléphone ?

Une étude réalisée en 2003 par Nokia et présentée lors de la Basel Convention de 2006 nous donne une bonne idée des quantités de matériaux utilisés pour fabriquer un téléphone portable.

Chaque mobile est composé de :

  • 50 % de plastiques divers (coque, touches, etc.),
  • 15 % de cuivre (connecteurs, batterie et circuit imprimé),
  • 15 % de verre (l’écran et les connecteurs),
  • 4 % de cobalt ou de lithium (batterie),
  • 4 % de carbone pur (batterie,
  • 3 % de métaux ferreux,
  • 2 % de nickel (batterie),
  • 1 % d’étain (circuit imprimé),
  • 0,5 % de zinc (circuit imprimé),
  • 0,5 % d’argent (circuit imprimé),
  • 0,5 % de plomb (circuit imprimé),
  • 0,5 % de chrome (circuit imprimé),
  • 0,5 % de tantale (circuit imprimé),
  • 0,5 % de cadmium (circuit imprimé),
  • 3 % d’autres matières dont 0,1 % de d’antimoine, d’or, et de berrylium,

Les matériaux au plus faibles proportions sont aussi ceux qui sont les plus toxiques et font des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) de catégorie 3 (informatique et télécoms) parmi les déchets les plus toxiques fabriqués par l’humanité. Pour rappel, 1 gramme de mercure suffit à polluer 1 m3 de terre pendant 50 ans.

Du fait de son grand écran et d’une batterie proportionnellement surdimensionnée, la proportion de verre et de matériaux liés à la batterie est certainement plus importante pour les smartphones.

Si vous avez identifié des analyses de cycle de vie sérieuses sur les smartphones, merci de nous les signaler en commentaire. Nous les analyserons et en publierons une synthèse.

Source : texte GreenIT.fr, graphique (C) Cécile Marin, 2006 : http://www.grida.no/graphicslib/detail/cell-phone-composition_1057

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In