Catégorie : Energie

Les systèmes de stockage d’énergie au sein des bâtiments se développent

Aujourd’hui, « réunis, tous les immeubles dans le monde ont une capacité de stockage d’électricité de moins de 10 gigawatt-heures » estime Sam Jaffe, analyste senior chez Navigant Research. « L’essentiel est stocké dans des batteries d’onduleurs qui ne sont jamais sollicités » constate-t-il. Mais avec la hausse du coût de l’énergie (électricité, gaz, pétrole, etc.), cette capacité de stockage pourrait tripler d’ici 2022 pour atteindre 30 GWh.

Cette augmentation de capacité ne sera pas liée au développement du marché des onduleurs, mais plutôt à celui de deux nouveaux marchés :

  • les systèmes de stockage d’électricité (electrical energy storage systems (EES) en anglais). L’idée est de stocker la production intermittente et / ou son surplus non consommé (production de panneaux solaires par exemple) ;
  • et les systèmes de stockage d’énergie résiduelle (thermal energy storage systems (TES) en anglais). L’idée est de récupérer l’énergie résiduelle comme celle des eaux usées en hiver et de la stocker pour la réutiliser à l’intérieur du bâtiment.

S’appuyant sur des technologies très variées – pile à hydrogène, barrages, pile à sel, etc. – ces technologies sont essentielles pour arrêter de gâcher une grande partie de l’énergie produite dans et pour les bâtiments. Les revenus annuels de ce marché devraient donc doubler, passant de 3,9 milliards de dollars en 2013 à 7,5 milliards de dollars en 2022.

source : http://www.navigantresearch.com/research/energy-storage-in-commercial-buildings

Frédéric Bordage

Expert en green IT, sobriété numérique, et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques, et anime GreenIT.fr et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In