Catégorie : Acteurs

Missing.net : trouver et recenser les disparus de catastrophes sur Google Maps

Chaque catastrophe naturelle majeure entraîne de nombreuses disparitions. Débordées par la gestion de la crise, les équipes de secours déployées du monde entier sont dans l’incapacité de répondre aux demandes des familles des victimes. C’est notamment ce qu’avait déploré Nicole Guedj, à l’occasion du Tsunami en Asie du Sud-Est, alors qu’elle était en charge du rapatriement des victimes françaises. Pour faciliter les recherches, la Fondation Casques Rouges a conçu Missing.net, le moteur de recherche mondial des personnes disparues. Cette initiative a été sélectionnée parmi les lauréats de l’Appel à projets « Web innovant », lancé par le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie et a été développé en partenariat avec Google, Bearstech et European Consulting Services.

En période de catastrophe, tous les internautes peuvent naviguer librement sur Missing.net et consulter les fiches des personnes disparues. Après s’être identifié, chaque membre de Missing.net a accès à une boite mail interne, permettant d’échanger rapidement avec l’ensemble de la communauté. Les membres ont également la possibilité de suivre spécifiquement certaines fiches de personnes disparues et d’être ainsi informés, par notification, de l’ajout de nouveaux éléments sur ces profils. Des outils de modération sont enfin mis à la disposition des membres, qui peuvent signaler des doublons et des abus.

Le retour d’expérience de Fukushima
Au lendemain de la catastrophe japonaise de Fukushima, alors que l’identification et la recherche des personnes disparues allait s’étendre sur plusieurs semaines, la Fondation Casques Rouges a proposé une expérimentation de la version alpha de Missing.net, permettant aux équipes de secours et aux familles des victimes d’utiliser les fonctionnalités suivantes :

  • Création d’une fiche de disparu comprenant les informations utiles aux recherches (photographie, état civil, dernière adresse connue du disparu, description physique, signes particuliers…).
  • Recherche d’une personne disparue par critères et mots clés.
  • Accès à un trombinoscope de personnes disparues.
  • Possibilité de témoigner, de poster des photos et des vidéos.
  • Géolocalisation de la victime sur des cartes automatiquement intégrées aux fiches de disparus.
  • Possibilité d’agréger des flux relatifs à la disparition.
  • Déclarer une personne retrouvée en un clic.

missing_net-capture.jpg

Les fonctionnalités de Missing.net ont également été apportées au dispositif Google Crisis Response et l’API de la plate-forme de Google a été intégrée à Missing.net. Cette mise en commun des technologies des deux systèmes a, en outre, permis une fusion des informations pour faciliter encore davantage la recherche des disparus.

Lancé le 22 mars 2011, ce ne sont pas moins de 900 000 fiches qui ont été intégrées à Missing.net, soit autant de profils de disparus de toutes nationalités et de leurs proches. Preuve de son efficacité, les médias ont largement relayé son lancement. La presse française et internationale, les blogueurs, les chaînes de télévision, tous se sont mobilisés pour faire connaître Missing.net. Après cette première utilisation, Missing.net a vocation à devenir un outil de référence, qui sera déployé lors des prochaines catastrophes naturelles d’ampleur.

Prolongement du site Internet Missing.net
Un Tablet PC tactile permettra aux acteurs de terrain de partager leurs informations avant même que le réseau de communication ne soit rétabli. Dès que la connexion au site de Missing.net sera rendue possible, toutes les informations stockées seront ajoutées sur le site. Sur le même mode de fonctionnement, une application mobile a été développée sur Android pour permettre à tous les utilisateurs de participer activement et facilement aux recherches.

Source : http://www.casques-rouges.org/fr/projets/missing-le-moteur-de-recherche-des-disparus

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In