Catégorie : Bonnes Pratiques

L’industrie high-tech se dote d’une plate-forme d’évaluation RSE de ses fournisseurs

Après les scandales d’Apple, de Foxconn et de Samsung, l’industrie high-tech se dote d’une plate-forme mondiale d’évaluation RSE de ses fournisseurs. Cette initiative est lancée en partenariat par l’éditeur EcoVadis et le Global e-Sustainability Initiative (GeSI) qui rassemble les 36 principaux opérateurs télécoms et fabricants mondiaux : Orange, Alcatel-Lucent, Telefonica, Vodafone, Deutsche Telekom, Verizon, Nokia, Ericsson, RIM (BlackBerry), etc.

Une seule plate-forme d’évaluation pour toute l’industrie informatique et télécoms
Le GeSI reconnaît dans un récent communiqué de presse que « le respect des valeurs du développement durable tout au long de la supply chain est devenu un enjeux stratégique pour l’industrie informatique et télécoms ». De nombreuses dérives ternissent en effet l’industrie high-tech depuis quelques années : 40 % des fournisseurs d’Apple faisaient travailler des enfants en 2010 ; les ouvriers de Samsung meurent de maladies chroniques (cancers, etc.) liées aux conditions de travail ; Foxconn interdit à ses salarié(e)s de se suicider (!), sans parler des minerais de sang tels que le Coltan (très utilisés dans l’industrie high-tech) qui finance les exactions de milices (exécutions sommaires, travail des enfants, enfants soldats, etc.) en RDC.

Pour lutter contre ces dysfonctionnements, le GeSI vient de lancer la plate-forme Electronic Tool for Accountable Supply Chains (E-TASC). Cette initiative permettra de mutualiser les évaluations et audits RSE des fournisseurs, et d’encourager une amélioration des pratiques environnementales et sociales dans les chaînes d’approvisionnement. Ce logiciel en ligne permet en effet aux acheteurs des membres du GeSI d’évaluer la performance développement durable (respect des droits fondamentaux des êtres humains, respect de l’environnement, etc.) de leurs fournisseurs.

Les objectifs d’E-TASC sont multiples :

  • « assainir » les produits ;
  • augmenter le niveau de transparence et de traçabilité de leur chaîne d’approvisionnement (supply chain) ;
  • mais aussi comptabiliser et prouver plus facilement les progrès sociaux et environnementaux réalisés d’année en année ;
  • le tout avec une approche homogène d’un membre du GeSI à l’autre

Des évaluations RSE mutualisées entre les membres du GeSI
Techniquement, EcoVadis va administrer la plate-forme (SaaS) et vérifier les déclarations des fournisseurs de l’industrie IT. La notation repose sur 21 critères environnementaux et sociaux. Elle couvre 150 catégories de produits dans 95 pays. Certains critères sont spécifiques à l’industrie informatique. Les évaluation sont partagés entre les membres du GeSI. C’est cette mutualisation de l’effort de notation des fournisseurs qui a fait le succès d’EcoVadis. Mutualisation qui fonctionne aussi en sens inverse : les entreprises utilisatrices clientes des membres du GeSI disposeront d’une notation homogène pour leurs fournisseurs.

Parmi les membres du GeSI qui vont recourir à E-TASC on peut citer : Alcatel-Lucent, Atos, Belgacom, Bouygues Telecom, Deutsche Telekom, O2, SFR, Swisscom, Telefonica, Vodafone et, bien entendu, des centaines de leurs fournisseurs. Pour la petite histoire, Bouygues Telecom a été le premier client d’EcoVadis en 2008.

Source : GreenIT.fr

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques et anime, GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In