Catégorie : Juridique

Ondes électromagnétiques : le débat public n’aura pas lieu

Ceux et celles qui s’inquiètent du risque sanitaire des ondes électromagnétiques attendaient la journée d’hier avec impatience. Elle devait permettre à la députée Europe Ecologie Les Verts Laurence Abeille de défendre son projet de loi sur l’application du principe de précaution concernant les ondes électromagnétiques.

La ministre déléguée à l’économie numérique, Fleur Pellerin, en a décidé autrement. Elle a demandé aux député(e)s socialistes de renvoyer le texte aux calendes grecques. La France n’appliquera donc pas le principe le précaution et le débat tant attendu n’aura pas lieu.

Il semble inconcevable qu’une seule personne, sans compétence sur le sujet, puisse ajourner un tel débat. C’est pourtant bien ce qui vient de se passer. C’est « un déni de démocratie et une nouvelle victoire du lobby des opérateurs de téléphonie mobile » s’insurge Laurence Abeille dans une interview accordée à Libération.

« la dangerosité n’est pas scientifiquement étayée »
La ministre déléguée à l’économie numérique estime que « la dangerosité n’est pas scientifiquement étayée ». Bien qu’incompétente sur le sujet, elle réfute les conclusions de l’OMS, de l’étude internationale Interpol, et de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail.

Toutes les études disent le contraire
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé, il y a déjà 18 mois, les champs de radiofréquences électromagnétiques émis par les terminaux mobiles connectés – téléphones, smartphones, tablettes, etc. – comme « potentiellement cancérigènes » (notre article).

L’étude internationale Interphone sur les risques de tumeurs pouvant être liés aux ondes électromagnétiques liées à la téléphonie mobile, publiés en mai 2010 a elle aussi trouvé chez les participants ayant le plus fort taux d’utilisation de leur téléphone mobile une association entre cet usage et la survenue de certains cancers cérébraux (gliomes et méningiomes), sans qu’il leur soit possible d’affirmer un lien de causalité.

En octobre 2009, l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail) mettait en évidence l’existence d’effets des radiofréquences sur des fonctions cellulaires.

On fait marche arrière
L’INPES a lancé, il y a 2 ans, le site LesOndesMobiles.fr pour apprendre aux français(e)s 8 gestes simples pour se protéger des ondes.

Et pour protéger les enfants en appliquant le principe de précaution, le Sénat a, dés octobre 2009, interdit les téléphones mobiles dans les écoles maternelles, élémentaires et les collèges.

C’est donc un retour en arrière.

Source : GreenIT.fr, Lemonde.fr, Liberation.fr

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques et anime, GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In