Catégorie : Energie

Yahoo! et Dell en tête du classement Clean Cloud

Greenpeace vient de publier un rapport (résumé en français au format PDF), étudiant les services de cloud computing proposés par Amazon, Apple ou Microsoft… et leurs choix énergétiques.

La quantité de données numériques circulant sur le Net devrait être multipliée par 50 d’ici à 2020, et les sommes investies dans le cloud augmentent à vitesse grand V. Ainsi, on estime que près de 500 milliards de dollars seront investis dans le secteur au cours de l’année à venir.

Le cloud étant extrêmement énergivore, l’accès à d’importantes quantités d’électricité est un critère qui pèse lourd dans le choix du lieu d’implantation des data centers, et la facture d’électricité est un poste clé dans les dépenses des entreprises qui utilisent le cloud.

Le rapport évalue 14 entreprises du secteur et passe au crible les approvisionnements en électricité de plus de 80 centres de données (data centers).

Amazon, Apple et Microsoft mauvais élèves
Principal enseignement de ce rapport : il existe un clivage de plus en plus marqué au sein du secteur high-tech. Certaines entreprises, comme Google, Yahoo et Facebook, font des efforts pour alimenter leur cloud en électricité propre, tandis que d’autres, pourtant florissantes et à la pointe de la technologie, comme Amazon, Apple et Microsoft, adoptent une attitude rétrograde en choisissant d’alimenter leurs data centers avec de l’électricité issue du charbon.

Amazon, Apple et Microsoft n’accordent pas suffisamment d’attention à la provenance de l’électricité qu’elles consomment et continuent d’avoir largement recours aux énergies carbonées pour alimenter leur cloud alors que leurs besoins sont exponentiels.

Yahoo, Google et Facebook montrent l’exemple
Yahoo et Google continuent de montrer l’exemple en faisant de l’accès aux énergies renouvelables une priorité pour la croissance de leur cloud ; ces deux entreprises soutiennent de plus en plus activement les politiques favorables à l’augmentation des investissements dans les énergies propres.

Facebook, véritable mastodonte de l’Internet avec plus de 800 millions d’utilisateurs dans le monde, est désormais l’ami des énergies renouvelables. Le célèbre réseau social a fait le premier pas dans la bonne direction avec la construction d’un data center, en Suède, pouvant être entièrement alimenté par des énergies renouvelables.

Enfin, Akamai, responsable de la gestion d’un gros volume de trafic sur le Net, est la première entreprise du secteur à avoir pris l’initiative de mesurer son intensité carbone au moyen de l’« indicateur d’efficacité de l’utilisation carbone » (Carbon Utilization Effectiveness). Les autres entreprises n’ont pas mis à profit cet indicateur.

La prise de conscience s’accentue
Des signes encourageants indiquent une volonté croissante au sein du secteur de collaborer et de partager en open source les meilleures pratiques en matière de développement hardware et software (c’est notamment le cas de Facebook avec Open Compute et Hip-Hop for PHP), ce qui pourrait accélérer les améliorations et le déploiement d’une conception high-tech efficace et propre du point de vue énergétique.greenpeace-cleancloud-classement-fr.jpg

Source : http://www.greenpeace.org/international/Global/international/publications/climate/2012/iCoal/HowCleanisYourCloud.pdf

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques et anime, GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In