Catégorie : Hébergeur

Le nouveau datacenter d’Eolas allie économie et écologie

Après Facebook, c’est Eolas qui livre les secrets de son nouveau data center éco-conçu. Cette filiale grenobloise de Business & Decision mise sur un meilleur respect de l’environnement pour améliorer la rentabilité de son installation.

Construit en partenariat avec APC by Schneider Electric et Intel, au cœur d’une ancienne friche industrielle à Grenoble, il réhabilite un bâtiment existant pour réduire son empreinte carbone par rapport à une construction neuve. Les installations informatiques occuperont progressivement les 800 m2 de surface du bâtiment.

Au delà de la virtualisation complète des infrastructures de calcul, de stockage et du réseau qui facilite une gestion capacitaire et de qualité de service proche des architectures de cloud computing, les salles informatiques sont conçues de manière optimale pour le refroidissement, sur la base d’un système d’allées chaudes et d’allées froides.

Une des particularités de ce datacenter est d’utiliser la nappe phréatique, sur laquelle il est implanté. Un système pompe l’eau à 14 degrés, réalise l’échange thermique avec l’air chaud issu des serveurs et réinjecte l’eau dans la nappe phréatique à 20 degrés. Un système de free water cooling en quelque sorte. Eolas a également tiré partie de l’épaisseur des murs du bâtiement réhabilité – plus de 2 mètres – pour disposer d’une excellente inertie thermique. A terme, Eolas envisage d’utiliser la disspation thermique des serveurs pour chauffer un bâtiment voisin.

Afin d’être totalement neutre carbone, le data center est alimenté par de l’électricité produite à partir des centrales hydroélectriques et éoliennes du groupe GEG (Gaz Electricité de Grenoble). Les fonctions non critiques (éclairage, etc.) sont alimentées par des panneaux solaires photovoltaïques d’une puissance de 75 kW crête.

Toutes ces caratéristiques permettent d’envisager un PUE (Power usage effectivness) de 1,35. Un record pour un data center Tier3 en France. La plupart des centres de données de cette catégorie se situent plutôt autour de 2.

L’investissement s’élève à 10 millions d’euros pour la première tranche (environ 1.000 serveurs), dont 3 millions d’euros uniquement pour le bâtiment. La Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) a participé à l’investissement immobilier. Entièrement équipé, le centre représentera à terme un investissement de 50 millions d’euros.

[note du rédacteur : le terme « Cold Corridor » est une marque déposée de Minkels. J’ai donc retiré de l’article original le passage « (cold corridor), développé par APC ». Toutes mes excuses à la société Minkels pour cette confusion]

Source : Business & Décisions

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques et anime, GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In