Catégorie : Hébergeur

Le cloud computing participerait au développement durable

Le premier ministre François Fillon a confirmé l’enveloppe de 4,5 milliards d’euros allouée, dans le cadre du grand emprunt national, aux acteurs de l’économie numérique. Deux milliards serviront à déployer des réseaux et 2,5 à soutenir les usages.

Si le gouvernement compte favoriser le développement du très haut débit et réduire la fracture numérique, il s’intéresse aussi à la compétitivité de la France au niveau international.

Le lobbying aidant, les acteurs des centres de données (data center) devraient s’octroyer une part du gâteau sous couvert de cloud computing. « Ce marché (…) constitue un enjeu majeur pour la compétitivité de nos économies, pour le développement durable et même pour la souveraineté de nos pays » a expliqué François Fillon.

Le cloud computing est bon pour la planète ? A bon ? Bizarrement, personne ne l’a jamais démontré. De plus, on peut très bien améliorer le PUE d’un centre de données – et plus globalement réduire son empreinte écologique – sans pour autant faire du « cloud computing ».

Je ne parviens toujours pas à faire le lien entre cloud computing et développement durable. En quoi l’ajout d’une couche d’abstraction (des interfaces de programmation ou API) au dessus d’une infrastructure informatique physique et logicielle participe-t-elle au développement durable ?

Quelqu’un peut-il m’expliquer ?

Frédéric Bordage

Expert en green IT, sobriété numérique, et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques, et anime GreenIT.fr et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In