Catégorie : Energie

Piles rechargeables : 32 fois moins nocives pour l’environnement

Selon l’Ademe, 2/3 des piles et batteries ne sont toujours pas recyclées. La majorité des 800 millions de piles (27.000 tonnes) consommées chaque année en France finissent donc à la décharge. Et les métaux lourds qu’elles contiennent arrivent dans notre assiette en remontant la chaîne alimentaire…

Heureusement, certains gestes très simples permettent de limiter cette pollution. C’est notamment le cas des piles rechargeables. Selon sa qualité, une pile rechargeable remplace de 200 à 1000 piles jetables. Si on remplaçait toutes les piles jetables par des piles rechargeables, on éviterait la production de 330.000 tonnes de déchets toxiques dans le monde, 100.000 tonnes en Europe.

Selon une étude réalisée en 2007 par Bio Intelligence Service, les piles rechargeables ont jusqu’à 32 fois moins d’impact sur l’environnement que les piles jetables. L’étude compare l’impact de 1 kWh d’énergie fourni par deux types de piles : rechargeable Ni-MH 2.500 mAh et son chargeur, et alcaline 2.500 mAh. Cinq indicateurs clé ont été retenus tout au long de l’Analyse du Cycle de Vie (ACV) : consommation des ressources naturelles, gaz à effet de serre (GES), pollution à l’ozone, acidification de l’air, pollution de l’eau.

L’impact d’une pile rechargeable comparé à un pile jetable :
– 30 fois moins de pollution de l’air (pollution à l’ozone),
– 28 fois moins de gaz à effet de serre (liés à la fabrication et à la distribution des piles jetables).
– 23 fois moins de ressources naturelles non renouvelables (il faut fabriquer plus de piles jetables pour stocker la même quantité d’énergie),
– 12 fois moins de pollution de l’eau,
– 9 fois mois d’impact sur l’acidification de l’air.

D’un point de vue économique, les piles jetables sont un gouffre financier pour le consommateur comme pour la société. Pour le consommateur, il suffit de 4 à 6 recharges pour amortir le surcoût à l’achat d’une pile rechargeable (coût du chargeur inclus). Pour la société, une étude datée de 2005 de la Direction des études économiques et de l’évaluation environnementale (D4E) du Ministère de l’écologie estime « qu’il n’est pas justifié économiquement de collecter sélectivement et de recycler les piles et accumulateurs ». Dit autrement, le recyclage des piles coûte cher à la collectivité.

Vous n’avez plus d’excuse pour passer aux piles rechargeables !

Frédéric Bordage

Expert en green IT, sobriété numérique, et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques, et anime GreenIT.fr et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In