Catégorie : Editeur

Logiciels libres et TIC durables sont liés

Sur GreenIT.fr, on aime bien les logiciels libres. Pour plusieurs raisons. D’une part, ils partagent les mêmes valeurs que celles du développement durable : entraide, partage, efficience. Comme le rappel Wikipedia, l’efficience (efficiency en anglais) est la qualité d’un rendement permettant de réaliser un objectif avec le minimum de moyens engagés. En matière de TIC durables, on peut par exemple citer le ratio « nombre de transactions / Watt ». Et pour prendre un exemple simple, pour fonctionner, Linux nécessite un ordinateur bien moins puissant que Windows Vista. Au final, on consomme moins de Wh pour le même résultat.

D’autre part, la plupart des logiciels libres sont gratuits et traduits dans de nombreuses langues, ce qui les rend plus accessibles que les logiciels payants propriétaires. Un argument de poids pour accélérer la mise en place de bonnes pratiques environnementales. Marcio Magera, économiste et professeur de sociologie à l’université de Campinas (Sao Paulo, Brésil) a par exemple créé un logiciel libre (et gratuit) qui aide les communes à optimiser le recyclage de leurs déchets.

Enfin, au delà de l’efficience de leur logiciels, les communautés open source produisent des projets efficaces (effectiveness en anglais). Toujours selon Wikipedia, l’efficacité est l’articulation entre résultats et objectifs. Dans le monde open source, l’efficacité passe par la création d’un écosystème riche qui facilite l’innovation (on parle d’open innovation) et la créativité. Pour prendre un exemple : Firefox est un navigateur efficient. Mais son écosystème est efficace. L’architecture technique de Firefox autorise la communauté à produire facilement une multitude de fonctionnalités annexes via les extensions. Résultat : tous les besoins sont couverts rapidement, avec souvent beaucoup d’ingéniosité.

Pour cette raison, la logique organisationnelle des communautés du logiciel libre et les TIC durables nous semblent indissociable. Nous devons aller vite pour relever les principaux défis de ce début de siècle : réchauffement climatique, écroulement de la biodiversité, etc. Dans ce contexte, les méthodes du libre nous semblent particulièrement fertiles pour accélérer l’innovation commune et la distribution des solutions au plus grand nombre.

Je profite de ce billet « philosophique » pour vous présenter un nouveau projet Deskolo mené par Wallix et Mandriva, deux éditeurs de logiciels libres. Les objectifs de ce logiciel sont multiples :
– faciliter la visualisation et l’optimisation énergétique des ordinateurs dans un réseau d’entreprise.
– superviser la consommation énergétique des parcs informatiques hétérogènes par l’intermédiaire des outils de supervision «WatchServer» de Wallix et de gestion de parc «Pulse 2» de Mandriva.
– provoquer une prise de conscience par les entreprises de la nécessité de la gestion énergétique liée à leurs parcs informatiques et des économies substantielles qu’elles peuvent réaliser.
– maîtriser et réduire la consommation énergétique des parcs informatiques hétérogènes en agissant sur la mise en veille des ordinateurs, l’extinction des périphériques et des écrans et également par le biais de la création d’une distribution Linux «basse consommation».

Certes, Deskolo ne s’attaque qu’à la partie émergée de l’iceberg : la consommation électrique en phase d’utilisation ne représente qu’une toute petite partie des nuisances environnementales de l’informatique. Mais c’est un bon début !

Si vous connaissez des logiciels libres dans le domaine du développement durable, merci de les ajouter en commentaire.

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé les sujets de l'éco-conception logicielle en 2009, puis de la conception responsable de service numérique en 2013. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets. Et anime, en plus de GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Numérique Responsable.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In