Catégorie : Recyclage

Dell contre l’exportation des déchets électroniques

En l’état actuel, la collecte et le retraitement des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) est un échec. Bien que la convention de Bâle proscrive l’exportation de certains déchets dangereux en dehors de l’Europe, la majorité finissent dans des pays en développement (Afrique, Asie).

De nombreuses entreprises peu scrupuleuses se cachent sous le couvert de « réparation » pour exporter leurs DEEE. Et certains composants comme les circuits imprimés ne sont pas mentionnés explicitement dans la liste des DEEE dangereux. On peut donc les exporter plus facilement.

Dell vient de décider de bannir l’exportation de matériels électroniques ne fonctionnant plus vers les pays en développement. Un message clair pour indiquer qu’il ne se couvrira pas en exportant du matériel à « réparer ».

Dans sa politique sur l’élimination des déchets électroniques Dell définit les déchets électroniques comme tout appareil ou élément défectueux, quelle que soit leur composition (hors matériaux considérés comme non-dangereux par la Convention de Bâle et équipements en état de marche non destinés aux programmes de donation).

L’objectif de Dell est clair : participer à la suppression des décharges illicites de déchets électroniques dans les pays en développement.

Désormais « toutes les exportations et importations de déchets électroniques gérées par Dell et ses partenaires environnementaux agréés seront conformes aux dispositions légales et aux traités commerciaux internationaux en vigueur ». Dell promet également que « tous les efforts possibles seront entrepris afin de contrôler les déchets électroniques et éviter leur enfouissement ou leur incinération« . L’entreprise précise aussi « qu’aucun travail d’enfant ou de prisonnier ne sera accepté dans le processus d’élimination de ses déchets électroniques ».

Des affirmations qui en disent long sur l’état actuel du marché du traitement des DEEE dans le monde.

Reste que pour éliminer des déchets, il faut d’abord les collecter. Contrairement aux dispositions légales, moins de 15% des distributeurs collectent réellement les DEEE en France. Chaque année 35 millions de PC sont jetés dans la nature

A savoir : En France, les déchets électroniques (DEEE) dangereux sont identifiés par le décret 2002-540 du 18 avril 2002 relatif à la classification des déchets, codifié aux articles R 541-7 à R 541-11 du Code de l’environnement.

Frédéric Bordage

Expert en green IT, sobriété numérique, numérique responsable, écoconception et slow.tech, j'ai créé le collectif Green IT en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques, et anime GreenIT.fr, le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR) et le Club Green IT.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In