L'informatique source d'aliénation pour l'homme

Calculatrices humaines : les calutrons girls

Les chercheurs de l’université de Carnegie Mellon ont inventé un logiciel qui arrive à diviser des tâches complexes en plusieurs micro-tâches et à les recombiner pour obtenir un résultat rapide et concluant. Intéret ? Pouvoir diviser des tâches que les machines ou les hommes arrivent à réaliser difficilement.

Ce logiciel, CrowdForge, a été utilisé pour écrire 5 articles du journal New York City. La rédaction d’un article a été divisé en 36 sous-tâches de rédaction. Les tâches ont été distribué par le biais d’Amazon Mechanical Turk (MTurk), un logiciel permettant de répartir des tâches en ligne vers des travailleurs humains. Ces travailleurs ont réalisé des bout de rédaction et ont été rémunéré avec quelques centimes. Le résultat, comparé au même article écrit par des journalistes, a été préféré par les lecteurs !

Plusieurs startup utilisent maintenant ce logiciel. Casting Words divise par exemple des fichiers audio en blocs de 5 minutes et les distribue à des gens pour qu’ils les retranscrivent.

Nouveauté ? Peut-être pas. Jusque dans les années 60, l’informatique humaine permettaient de réaliser des tâches de calculs unitaires par des travailleurs humains. Cela permettait de réaliser des traitements complexes sur des trajetoires balistiques, des calculs astronomiques ou des calculs sur … la fission nucléaire. Exemple de ces travailleurs, les "calutron girls" vérifiaient des compteurs et "bougeaient des boutons". Elles ne savaient pas ce qu’elles faisaient. Ces traitements unitaires permettaient tout simplement de gérer les traitements nucléaires.

Dès la fin des années 60, le coût de l’informatique a rendu l’informatique humaine obsolète. Des logiciels tels que CrowdForge et Mechanical Turk la rende au gout du jour. Est-ce une bonne chose ? Je ne sais pas mais dans tous les cas, les avancées technologiques en informatique sont toujours considérées comme des avancées pour l’humanité. Peut-être mais il existe peu de réflexion ou de groupe d’éthique comme on peut le voir par exemple en recherche biologique. Pourtant l’arrivée de certaines innovations avec le cloud pourraient être sujets de certaines reflexions.

Dommage, car l’informatique a un impact sur l’environnement et aussi sur l’humain. Elle peut être une source d’épanouissement mais aussi d’aliénation pour l’homme. Les réflexions des auteurs de science-fiction des 30 dernières années sont toujours d’actualités ! Et si Matrix et Terminator étaient des films d’anticipation réalistes ? 

Source : Fing / Internet Actu

Livre : When Computer Were Human

  


Commentaires

obscolète -> obsolète

frinux (non vérifié) le 06/03/2012

Je trouve plutôt que les ordinateurs sont un vrai tremplin pour la liberté de l’homme, ils nous libèrent en travaillant à notre place.

Fred (non vérifié) le 07/03/2012

Je pense au contraire qu’utiliser correctement, l’informatique humaine, permettrait d’éviter d’arriver à des extrêmes tels qu’ils sont évoqués dans les films cités (Matrix, Terminator).
Pour de très gros calcul, plutôt que d’avoir une machine très puissante ne nécessitant personne pour fonctionner, avoir plusieurs petite machine avec des personnes participatives derrière est un plus.
Récemment on a eu droit à un très bel exemple, sous forme de jeu, pour décrypter les structures de l’ADN. En jouant à ce jeu, on a réussi là où de très gros ordinateurs n’arriver pas. En en prime, on peut s’épanouir en se disant que l’on a participer à un très gros projet.

Eastchild (non vérifié) le 07/03/2012

@Eastchild : ca faisait longtemps ! +1 pour ce commentaire. Pourquoi dépenser des fortunes pour recréer des ersatz de cerveaux humains quand tant sont disponibles. Voilà un beau sujet “low tech”.

admin le 07/03/2012

La fin comme l’introduction présente peu d’intérêts…Dommage.
On aura appris que l’ordinateur pouvait servir et certains films d’anticipation…anticiper.

Intense.

Anonyme (non vérifié) le 12/03/2012

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.