DEEE : l'Afrique va dépasser l'Europe

DEEE Afrique

Les DEEE (déchets d’équipement électriques et électroniques) produits en Europe représentent à l’heure actuelle 2,4 millions de tonnes alors qu’on n’en comptait que 1,7 en 2008. Soit une hausse de 40 % en 4 ans !

L’Afrique, en plus des exportations de DEEE depuis l’Europe (Royaume-Uni en tête) qui arrivent de façon plus ou moins légale (matériel non réparable qui devient DEEE), il va falloir faire face à court terme à ses propres DEEE. En effet, l’emploi d’ordinateurs personnels a été multiplié par 10 en 10 ans, et le nombre d’abonnés au réseau de téléphonie mobile a dans le même temps été multiplié par 100.

Comme l’indique le rapport, ce peut être une réelle opportunité pour l’Afrique si les pays s’investissent dans le développement et la pérennisation in situ d’un savoir technologique de recyclage, d’extraction des métaux précieux.

Le challenge sera de réussir à concilier le social (travail des enfants constaté), l’économique et la préservation de l’environnement (on a tous en tête les images de ces câbles brûlés à l’air libre qui dégagent une fumée noire toxique).

Rappelons qu’en France 7 ordinateurs sur 10 ne sont toujours pas recyclés et que moins de 1 % sont reconditionnés.

Certaines entreprises, notamment Orange souhaitent donc développer une filière de reconditionnement et de recyclage de DEEE en Afrique. Cette approche ne propose que des avantages : les salaires sont plus faibles qu’en Europe (ce qui viabilise le modèle du reconditionnement), et les africains se contentent d’équipements reconditionnés. Il y a donc un marché local.

Le rapport peut être téléchargé sur le site de la Convention de Bâle.

http://basel.int/Implementation/TechnicalAssistance/EWaste/EwasteAfricaProject/tabid/2546/Default.aspx


Commentaires

Bonjour,

Je ne comprends pas bien vos chiffres.
2,4 millions de tonnes de déchets annuels pour l’Europe me semblent assez peu au regard des données qu’on peut trouver.

En général, en Europe, chaque habitant produit entre 15 et 20 kg de déchets électroniques par an (vérifiable sur le site de l’Ademe ou d’autres sources).

Avec environ 500 millions d’habitants dans l’UE, cela nous fait entre 7,5 et 10 millions de tonnes de déchets par an pour toute l’UE.

Je n’ai pas lu le rapport que vous citez (qui semble s’intituler Where are WEEE in Africa) mais à la page 35, on peut trouver la citation suivante “In Europe, the annual generation of waste electrical and electronic equipment is estimated at 9 million metric tonnes” qui semble être en accord avec mes calculs.

Bien cordialement.

DF (non vérifié) le 31/05/2012

En effet, la formulation n’est pas heureuse, l’Europe produit bien entre 9 et 10 millions de tonnes de DEEE, mais le chiffre de 2,4 millions de tonnes correspond aux DEEE qui sont officiellement collectés et traités au niveau européen, où un gros travail est encore à faire (voir les articles sur les directives européennes).
Sur l’ensemble des DEEE produits, on ne s’occupe à l’heure actuelle que d’un quart, c’est donc ce quart, 2,4 millions de tonnes qui sont des déchets “officiels” collectés et traités. C’est “en gros” ce que vous trouverez à la page 35 du rapport après le chiffre de 9 millions, il y a un chiffre de 3 millions officiellement collectés dans l’UE (même phrase). C’est plus finement 10 / 2,4 que 9 / 3 mais on reste dans de la grosse louche !
Merci pour votre remarque car en effet ce n’était pas bien rédigé.

AliceMonard le 31/05/2012

C’est bien noté.

Pour information, une étude de 2010 (Forecasting Global Generation of Obsolete Personal Computers) traite d’une partie du sujet: l’étude se focalise sur la quantité d’ordinateurs jetés dans le monde.

Les estimations sont les suivantes:
- 400 à 700 millions de PC obsolètes dans les pays en voie de développement d’ici 2030
- 200 à 300 millions de PC obsolètes dans les pays développés d’ici 2030

DF (non vérifié) le 04/06/2012

@DF : pouvez-vous nous indiquer la source de cette étude qui a l’air fort intéressante ?

admin le 05/06/2012

Visiblement cette étude a été réalisée à un département scientifique de l’université de Nakai en Chine et publiée dans la revue Environmental and Science Technology.

Je pense qu’on peut y accorder un certain crédit car un des co-auteurs n’est autre que Eric D. Williams, connu notamment pour des études transverses à la réduction de l’empreinte énergétique des ordinateurs:
- Analyse du cycle de vie d’un ordinateur portable
- Prévision des flux de sicilium suite à l’essor des NTIC
- Décomposition de la dépense énergétique lors de la création d’une puce

Ce ne sont que des exemples bien sûr.

DF (non vérifié) le 06/06/2012

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.