Linky : le compteur qui va faire disjoncter votre portefeuille

Smart Meter - Linky - ERDF

Depuis plusieurs années, nous dénonçons (ici et par exemple) les dérives du projet Linky, le compteur électrique “intelligent” qui équipera bientôt les foyers français.

Ce compteur n’a rien d’intelligent. D’une part, il ne permet pas aux consommateurs de mieux connaître leurs habitudes énergétiques et d’identifier des sources d’économie. Les consommateurs continueront donc à gaspiller de l’énergie… D’autre part, il impose un surcoût injustifié, compris entre 120 et 240 euros selon les estimations. Ce surcoût est contre-productif. C’est un véritable « malus écologique » pour les foyers les plus modestes qui considèreront encore plus le développement durable comme une lubie de riches bobos parisiens. Malgré ce contexte, le Premier Ministre a décidé, cet été, que ce compteur sera déployé d’ici 2016. Une décision d’autant plus incompréhensible que la majorité gouvernementale finalise actuellement sa loi consommation, censée redonner du pouvoir d’achat aux ménages.

L’UFC-Que Choisir vient de confirmer notre analyse en publiant récemment une étude qui estime à 308 millions d’euros le surcoût pour les abonnés (hors coût d’installation du compteur) ! « Notre étude, basée sur des relevés effectués auprès d’un panel représentatif, démontre que 55 % des ménages ne disposent pas d’une puissance d’abonnement cohérente avec leur consommation » constate l’association de consommateurs. « En raison de sa forte sensibilité aux dépassements, l’arrivée de Linky va obliger les foyers sous-abonnés, même si leur surconsommation est faible ou ponctuelle, à passer à une puissance d’abonnement supérieure. Au final, le seul changement d’abonnement entraînera pour ces consommateurs un surcoût annuel de 308 millions d’euros » explique-t-elle.

Un compteur gratuit qui coûtera 545 millions d’euros aux français(e)s
Au-delà du surcoût de l’abonnement, qui ne touchera que les sous-facturés, c’est l’ensemble des ménages mal-facturés qui va devoir payer pour changer d’abonnement, une opération facturée 36,21 euros TTC par ERDF. Si rien n’est fait, les sous-abonnés risquent ainsi de payer 366 millions d’euros… pour un abonnement plus cher ! Pire, même les sur-abonnés - ceux qui paient trop cher depuis des années - vont souffrir de l’arrivée de Linky : pour bénéficier de la baisse de leur abonnement, et économiser 35 millions d’euros par an, ils devront s’acquitter de la somme de 179 millions d’euros au titre du changement de puissance… et auront ainsi 5 ans à attendre avant de commencer à bénéficier des économies d’abonnement. Cette double peine pour nombre de foyers est d’autant plus insupportable que le Linky a été récemment présenté au public comme « un compteur gratuit pour les consommateurs ».

L’UFC-Que Choisir demande donc aux pouvoirs publics et à la CRE :

  • d’élaborer une nouvelle grille tarifaire, avec des niveaux de puissance d’abonnement plus précis, afin que les consommateurs puissent bénéficier d’un abonnement en parfaite adéquation avec leur consommation réelle ;
  • d’imposer la gratuité de la prestation de changement de puissance deux ans après l’installation du compteur Linky, afin d’assurer un « réétalonnage » sans surcoût des abonnements

Reconcevoir le Linky ou l’abandonner
Le déploiement d’un compteur intelligent peut être une bonne idée si ce dernier permet réellement aux consommateurs de faire des économies en réduisant leur facture électrique sur le long terme. Mais il faut le re-concevoir dans cette optique. Trois points jamais pris en compte sont particulièrement importants :

  • Aider le consommateur à faire des économies d’énergie. Comme nous le notions en juillet 2011, il vous en coûtera 3,5 euros par mois pour pouvoir accéder à des informations de consommation sans intérêt car trop peu détaillées ! Pour aider les consommateurs à faire des économies d’énergie, le compteur doit être réellement intelligent et communicant. Il doit par exemple être capable d’envoyer un SMS ou un e-mail d’alerte lorsqu’un seuil de consommation est atteint ou qu’un anomalie est détectée, afin de faire prendre conscience au consommateur du poids énergétique de chacune de ses habitudes ;
  • Garantir le respect de la vie privée. Le Linky a été retoqué par la CNIL qui lui reproche de ne pas respecter la vie privée des utilisateurs. Par ailleurs, il est assez facile de déduire vos usages en analysant simplement votre courbe de consommation ;
  • Anticiper le déploiement des autres compteurs. Après l’électricité, le gouvernement supporte le projet Gazpar, un smart meter pour le gaz. Dans la même logique, on peut s’attendre à ce qu’il nous fasse ensuite le coût pour l’eau. Or, la mutualisation du dispositif de télé-relève (modem et réseau de communication) constitue une source très importante de réduction de coût pour l’usager et pour l’Etat. Sous la pression des lobbys, ce n’est malheureusement pas le chemin pris par le gouvernement. Oserait-on construire 3 lignes de chemin de fer en parallèle en 2013 ? C’est pourtant ce que l’on fait au niveau des infrastructures de télé-relève.

En considérant le coût exorbitant du projet, on peut aussi se demander si ces 5 à 7,5 milliards d’euros ne seraient pas mieux utilisés autrement…

source : http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/…


Commentaires

Sommes nous obligé d’accepter l’installation de ce compteur ??
doit on signer ? n’y aurait il pas une faille juridique ?

stef (non vérifié) le 07/10/2013

@Steph : j’avais lu que l’installation n’est possible qu’avec l’accord (signature) du client final. Mais je ne retrouve pas le lien vers cette information. Si un(e) lecteur/trice l’a, merci de faire passer.

Un lecteur indiquait également en commentaire de cet article http://www.greenit.fr/article/energie/compteur-electrique-linky-on-vous-… :

<<
Habitant dans la région centre je connais quelques personnes à Tours où ce compteur a été déployé et tout est vrai:
ERDF ne laisse pas le choix , dans le contrat, il est écrit qu’en cas de nouvelles technologies, le client doit accepter les changements.
 >>

admin le 07/10/2013

J’ai bien du mal a comprendre la logique exprimée dans cet article avec le theme principal du site, je m’explique :

Comment d’un coté être contre tout dispositif de mesurage (idée défendue dans cet article) et a la fois promouvoir la baisse de consommation énergétique (theme du site) ?

Le tout au nom d’une augmentation pouvoir d’achat, qui, comme chacun sait, induit forcément les ménages a consommer moins !? o_O

Ou est la logique ?

la mutualisation telle que vous la proposez serait possible si tout ces services étaient des services de l’état. Mais comme vous le savez, La commission européenne, soumise aux lobbys financiers, le plus souvent anglo-saxons, au nom de la sacro-sainte concurrence, ne permettrait surement pas ce que vous proposez. Donc vous vous trompez de cible. L’état ne fait que reporter les orientations et décisions prises a Bruxelles, qui effectivement, comme vous le présentez de façon imagée, veulent la construction de trois ligne de chemin de fer pour qu’elles soient en concurrence et que les prix baissent. Sauf que depuis le début de ces stupides idées économiques, c’est tout l’inverse qui s’est produit…Que ce soit dans les télécoms ou dans les réseaux électriques, d’eau de gaz …etc

Le changement d’abonnement, argument phare de l’UFC ne tient plus, puiqu’ErDF a indiqué que dans le cadre du remplacement, le changement ne serait pas facturé…

Un reportage pour envoyé spécial a été diffusé il y a quelques semaines a ce sujet…le reportage, avec un parti pris, comme d’habitude chez les journaleux, a pourtant montré qu’une personne de plus de 50 ans ayant ces relevés de consommation via le portail web prévu a cet effet pouvait faire presque 40% d’économies a condition d’analyser en détail avec des conseillers spécialisés les comportements et consommations de cette personne.

N’oubliez pas, le but de Linky, est avant tout de faire baisser le consommation aux heures de pointes pour éviter de faire appel a des moyens de production polluants comme le gaz, le pétrole et le charbon. L’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas !
Et tout le monde y gagne :
- le consommateur qui voit sa facture baissé, dans les limites qu’il décide et qu’il pense acceptable pour sa condition
- Le producteur, qui n’est pas obligé d’acheter a prix d’or les électrons allemands ou Suisses, ou …
- Le gestionnaire de réseau qui n’a pas forcément besoin de renforcer le réseaux vers les consommateurs (même si cela devra être fait si on veut électrifier le plus possible les transports de courte distance.
- Même le producteur d’électroENR pourra voir sa production plus en détail a travers des analyses graphiques, car le compteur sait faire le comptage dans les deux sens !

Donc, je suis un peu déçu par votre article, selon moi en opposition avec le thème du site car pas assez analysé en profondeur. En plus il faudrait un peu regarder ailleurs en Europe pour comprendre/voir que nous sommes en retard sur cette question, mais que notre système sera plus évolutif que celui des italiens par exemple.

Pour ceux qui veulent refuser le Linky, je propose une solution bien plus simple : demander le débranchement du réseau électrique et vivre sans électricité. Ce dont je doute de la faisabilité/volonté d’une majorité de Français.

AtomicBoy44 (non vérifié) le 21/12/2013

@AtomicBoy44 : l’idée de mesurer pour réduire est intéressante et nous la défendons.

En revanche, si le consommateur doit payer pour cela un compteur hors de prix et qui n’est pas conforme aux exigences européennes, cela réduit l’intérêt économique.

Pire : ce compteur n’apporte rien aux consommateurs car il ne propose pas d’accès simple et gratuit aux données détaillées de consommation. Les français(es) vont donc le vivre, à juste
titre, comme une nième charge supplémentaire justifiée par une soit disant démarche écologique.

Honnêtement, il n’est pas nécessaire d’équiper la France entières de compteurs intelligents (plusieurs milliards d’euros, importants impacts liés à la fabrication) pour sensibiliser les français aux gestes clés permettant de réaliser des économies d’énergie : débrancher les équipements, baisser le chauffage, etc.

Le Linky risque de plus de se traduire par la mise en place d’une tarification modulée en fonction des usages, incompréhensible pour le commun des mortels, avec des dépassements coûteux.

La sanction n’a jamais été le meilleur moyen de motiver des individus à changer de comportement. Mieux vaut une approche de type bonus.

En revanche, nous partageons le reste de votre argumentation sur l’effet positif pour EDF (plus de bénéfices) et pour la planète (moins de kWh fortement carbonés) via une meilleure anticipation et une meilleure compréhension de la demande.

Ce que nous dénonçons dans cet article, c’est le fait que l’Etat, EDF et toutes les parties prenantes de ce projet prennent les consommateurs pour des pigeons en tentant de leur faire croire qu’ils vont réaliser des économies directes grâce au Linky, ce qui est absolument faux. D’où le tollé général autour de ce projet.

admin le 21/12/2013

Comment d’un coté être contre tout dispositif de mesurage (idée défendue dans cet article) et a la fois promouvoir la baisse de consommation énergétique (theme du site) ?”

Ce que je veux dire, c’est que pour consommer moins, il faut d’abord savoir ce que l’on consomme. Or, demandez dans votre entourage, vous verrez que peut de gens savent combien ils consomment. Par contre, ils savent combien ils payent ! Et c’est justement sur ce constat que s’appuit l’argumentaire de l’UFC.

Défendre le pouvoir d’achat et la réduction de la consommation ne sont EN AUCUN CAS une possibilité de réduire la consommation des ménages.
Cela s’appelle l’effet rebond. Le seul moyen de le contrer est de faire grimper les prix du même ordre que ce que le dispositif ou l’amélioration de son système de conversion énergétique a permis d’économiser. Ainsi le prix reste stable et l’Efficacité énergétique augmente, ce qui fait baisser la consommation, mais augmente la qualité des produits et services fournis.
C’est le principe de la taxe carbone…

PS: Dslé si j’ai envoyé plusieurs fois le même message, j’ai un module automatique de Firefox qui a fonctionné la ou il ne devait pas…

AtomicBoy44 (non vérifié) le 22/12/2013

@admin

Honnêtement, il n’est pas nécessaire d’équiper la France entières de compteurs intelligents (plusieurs milliards d’euros, importants impacts liés à la fabrication) pour sensibiliser les français aux gestes clés permettant de réaliser des économies d’énergie : débrancher les équipements, baisser le chauffage, etc.”

je pense que vous vous trompez. Et les faits le démontre. la consommation électrique continue d’augmenter. Donc aussi, honnête que soit votre argument, il reste faux dans les faits.

En revanche, si le consommateur doit payer pour cela un compteur hors de prix et qui n’est pas conforme aux exigences européennes, cela réduit l’intérêt économique. ”

Voudriez vous me dire en quoi les électroENR qui sont payés par les consommateurs via la CSPE (plus de 3/4 de son budget pour l”éolien et le solaire) sont d’un intérêt économique lorsqu’elles produisent 21 a 22% du temps seulement ? Toutes machines et photopiles nous coutent les yeux de la tête pour une production extrêmement faible et en plus en surplus aux plus mauvais moment…Ce qui fait baisser les prix mais pas en hiver aux heures de pointes …

La sanction n’a jamais été le meilleur moyen de motiver des individus à changer de comportement. Mieux vaut une approche de type bonus.”

Les radars automatiques ont parfaitement démontré l’inverse ! Votre argument ne tient pas !
Même chose avec les carburants pétrolier. Sans taxes sur ceux ci, les voitures consommeraient encore des quantités astronomiques de carburants.
Je ne vous parle même pas du bonus écologique qui ressemble plus a une vaste fumisterie…
Resuktats = % de fonctions de contraintes, car adaptations des comportements. Mêmes principes qu’avec les lois, qui forcent les entités économiques/juridiques/sociétales a changer les manières de travailler/se comporter.

Ce que nous dénonçons dans cet article, c’est le fait que l’Etat, EDF et toutes les parties prenantes de ce projet prennent les consommateurs pour des pigeons en tentant de leur faire croire qu’ils vont réaliser des économies directes grâce au Linky, ce qui est absolument faux. D’où le tollé général autour de ce projet.”

Oui, mais le pb est que vous écartez complétement l’éducation des consommateurs, qui ne savent pas ce qu’ils consomment et vous rejeter la faute entièrement sur le distributeur. Vous ne parlez que des effets négatifs supposés sans parler des avantages que va procurer ce compteur : il va permettre aux clients de comprendre, ce qu’ils consomment. Il suffit qu’ils s’y mettent un peu.
Sans contraintes, point de salut ! Les gens qui pensent que la technique va résoudre tout sans apprendre comment elle marche et sans s’y adapter, n’ont pas compris le monde dans lequel nous vivons. C’est malheureux, mais il semble que le nombre dans ce cas soit élevé en France…

Si ce n’est qu’un pb de communication, alors il faut apprendre a décoder la com…mais il est vrai qu’en ces temps d’augmentation massive des impôts, il me parait difficile de demander aux français de faire des efforts de compréhension, en plus des efforts de paiements…

PS: je vais continuer de regarder votre site pour préparer un oral. J’espère trouver mieux. :-)

AtomicBoy44 (non vérifié) le 22/12/2013

@AtomicBoy44 : J’espère que vous trouverez mieux ;-).

Concernant l’éducation des consommateurs, encore une fois, il n’est pas nécessaire d’équiper chaque foyer d’un nouveau compteur pour savoir ce qui consomme dans un logement. Nous le savons déjà.

EDF communique par exemple sur le fait que baisser la température d’un degré C économise de 7 % les kWh. La qualité de l’isolation est un levier bien plus important que le Linky.

Pour le reste, c’est du bon sens : optimiser l’usage des lave-linge|vaisselle aux heures creuses, débrancher pour éviter la conso en veille, éteindre la lumière, etc. Les français ne manquent pas de bon sens quand cela touche leur porte monnaie.

Imaginez une seconde si nous disposions du budget du Linky pour informer les consommateurs !

Par ailleurs, il y a des tas de contraintes possibles (puisque c’est votre argumentation) sans passer par le déploiement de millions de nouveaux compteurs. Un seuil de conso au dessus duquel le prix du kWh explose amènerait très certainement les consommateurs à faire attention.

Bref, nous n’avons pas besoin, à titre individuel, d’une solution coûteuse et aux impacts environnementaux directs très importants (des millions de compteurs = des milliers de tonnes de GES, de déchets électroniques, etc.) pour comprendre qu’il faut baisser un peu le chauffage, éteindre la lumière, débrancher les appareils électroniques en veille, lancer les lessives aux heures creuses, faire tourner le lave-vaisselle uniquement quand il est plein…

Les français(es) ne sont pas débiles !

admin le 22/12/2013

@AtomicBoy44 : il est très facile de faire entrer en fonction des compteurs intelligents pour l’eau, le gaz et l’électricité, prenons le cas de la Grande Bretagne.
Dans ce pays, ça fait au moins 2 ans qu’ils sont en train de définir un standard (SMETS) qui permette la création d’appareils différents mais tous compatibles entre la myriade de fournisseurs d’électricité (dont EDF fait partie) que chacun peut choisir à sa guise: en cas de changement de fournisseur, le compteur reste.
C’est un système certes libéral, mais qui permet que chacun puisse choisir.
Il suffit d’étendre la démarche aux 3 ressources que sont l’électricité, le gaz et l’eau (avec par exemple des modules eau et gaz communicants par courant porteur basse fréquence -pour ne pas froisser les électro-sensibles-), et le tour est joué.
Après, personnellement je préfère que tout passe par mon câble internet pour éviter le WiFi et le CPL, mais le standard devrais permettre ce choix.
Merci d’avoir lancé la remarque, ça fait réfléchir tout le monde.

Anonyme (non vérifié) le 18/01/2014

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.