La crise des déchets électroniques empire au niveau mondial

générique - DEEE - enfant jouant dans une décharge à ciel ouvert

Selon une récente étude de Pike Research le volume de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) augmentera jusqu’en 2015 avant que les politiques publiques n’aient un réel impact. En 2015, le volume annuel de DEEE atteindra 73 millions de tonnes. Rappelons qu’il suffit de 1 gramme de mercure pour polluer 1 m3 de terre ou 1.000 m3 d’eau pendant 50 ans.

La bonne nouvelle, c’est que les politiques de réduction des DEEE devraient commencer à faire sentir leurs effets à partir de 2016. Les armes clés contre cette pollution, rappelle l’étude, sont les lois, les initiatives des entreprises privées pour réduire leur impact, et la prise de conscience des consommateurs. Pour Pike Research, le principal challenge est la prise de conscience du grand public et des salariés dans l’entreprise.

C’est pour cette raison que nous insistons aussi souvent que possible sur le rôle clé de chaque lecteur de ce blog et que nous rappelons systématiquement que les gestes les plus efficaces consistent, par ordre décroissant d’efficacité à :
- utiliser son matériel le plus longtemps possible,
- rapporter le matériel inutilisé dans un centre de traitement,
- acheter du matériel d’occasion reconditionné.

L’étude souligne l’impact très positif des directives européennes RoHS et WEEE qui servent d’exemple au reste du monde, mais rappelle que, sans une coordination internationale, le problème des DEEE est difficile à traiter efficacement. Certains pays (Asie, Afrique) servent en effet de décharges (illégales, faut-il le préciser ?) au reste du monde. Avec des conséquences sanitaires déplorables.


Commentaires

Cette étude fait froid dans le dos effectivement. Elle confirme les précédentes. J’attends beaucoup des prochains congrès et notamment de Copenhague en décembre prochain.

Rémy Bigot (non vérifié) le 02/09/2009

Ok pour les politiques de réduction des DEEE et du recyclage…mais quant est-il des politiques de prise en charge et de suppression des décharges déjà existantes dans les pays étrangers ??

Marc BOITEL (non vérifié) le 02/09/2009

@Marc : aucune idée. Je pense que c’est au niveau national, dans chaque pays, que les décisions seront prises. Et cela risque d’être encore long avant que les choses bougent !

admin le 02/09/2009

C’est pourquoi il est important d’ajouter aussi aux gestes à faire de ne pas exporter nos anciens PC et matériel informatique vers l’étranger (même si ces envois sont destinés à équiper les écoles africaines).

La gestion de nos déchets électroniques doit être de notre ressort, même si certains pays africains avancent dans la gestion de leurs DEEE.

cyberfreacks (non vérifié) le 02/09/2009

Il s’agit d’un véritable drame pour l’environnement

Travail (non vérifié) le 04/09/2009

[...] Selon les sources, 10 à 15% des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) sont collectés en France et 35 millions de PC sont jetés chaque année dans le monde. Pourtant, depuis août [...]

Acteurs › Green IT : les entreprises se hâtent le (non vérifié) le 15/10/2009

Je me permets de vous renvoyer vers un lien (même si je suis conscient que c’est une fois encore de l’énergie consommée ) vers les différents films de la réalisatrice Cosima Dannoritzer.

Anonyme (non vérifié) le 16/06/2014

@Anonyme : Il n’y a pas de lien dans votre commentaire (oubli ?). Quoi qu’il en soit, nous suivons de prêt le thème des DEEE (http://www.greenit.fr/tag/DEEE) et de l’obsolescence programmée (http://www.greenit.fr/tag/obsolescence-programmee) qui sont chers à cette réalisatrice. La seule différence, c’est que nous travaillons sur ce sujet au quotidien et sur le terrain, depuis 2004.

admin le 16/06/2014

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.