85 % des ordinateurs usagés peuvent être reconditionnés

generique - PC occasion recyclé

Au Pérou, 85 % des ordinateurs arrivant de l’étranger pour être recyclés sont reconditionnés puis réutilisés dans le pays. Les Etats-Unis sont le premier fournisseur d’ordinateurs considérés comme en fin de vie.

L’analyse du prix de rachat des équipements étasuniens usagés par les entreprises péruviennes montre que leur recyclage n’est pas rentable dans 88 % des cas.

Si le Pérou parvient à un tel taux de reconditionnement, les pays européens peuvent aussi y arriver. On peut donc se demander pourquoi la directive européenne WEEE / DEEE continue à privilégier le recyclage au reconditionnement.

Source : http://www.treehugger.com/files/2009/08/peru-makes-a-big-statement-about… et http://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es8035835


Commentaires

@Fred : On continue à privilégier le recyclage au reconditionnement, au réemploi, à la réparation, etc., car l’outil industriel, maintenant mondialisé, repose sur la production matérielle d’objets neufs, stimulée par la publicité et l’obsolescence programmée, et non pas sur les autres interventions, qui ne concernent que les objets usagés.

Pourquoi ce choix ? Je pense avoir une explication. Parce que ce type d’outil industriel a permis depuis cinquante ans d’accroître immensément les profits. En effet, autant il a été possible de faire disparaître le travail humain de la production d’objets neufs standardisés (les usines entièrement robotisées sont de plus en plus courantes), autant il est très difficile de le faire disparaître des autres interventions (reconditionnement, réparation, etc.), pour lesquelles chaque objet usagé est différent. Le recyclage fait exception, bien sûr, puisqu’il broie tout aveuglément et fait croire que l’on peut revenir à coût raisonnable à la matière première d’origine (c’est faux, bien sûr, sauf dans de rares cas). On observe maintenant des robots dans les centres de tri des déchets ménagers (en France, on préfère d’ailleurs brûler ces déchets, c’est encore plus économe en travail — et plus polluant !)

Pour conclure, n’oublions pas que le travail humain est d’abord un coût que l’on cherche à réduire, dans notre économie qui privilégie le capital sur tout le reste. Cette explication te semble-t-elle plausible ?

David Bourguignon (non vérifié) le 06/12/2013

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.