Google Instant Search économiserait 35.875 tonnes de CO2

Google Instant Search

[ **** important **** ]
Mes premiers calculs semblent totalement erronés. Je vous encourage vivement à lire les commentaires pour faire une idée
[ ******************* ]

Google a lancé son moteur de recherche instantanée Google Instant Search dans six pays, dont la France, il y a quelques semaines. Ce moteur affiche les résultats en temps réel, au fur et à mesure que l’internaute tape ses mots-clés.

Grâce à cette nouvelle fonctionnalité, les internautes sont censés gagner du temps. « Avant l’introduction de la recherche instantanée, la saisie d’une recherche type prenait plus de 9 secondes. Avec la recherche instantanée, vous pouvez gagner 2 à 5 secondes par recherche » indique Google.

Le moteur de recherche estime également que « si les internautes du monde entier utilisaient tous la recherche instantanée Google, il serait possible de gagner 3,5 milliards de secondes par jour au total ».

Alors, forcément, j’ai pensé à traduire ce chiffre en kWh et en émissions de CO2. Si mes calculs sont bons, Google Instant économiserait près de 80 millions de kWh par an, soit 35.875 tonnes de CO2 et plusieurs millions de dollars.

Voici le détail de mes calculs :
Il y a 31.536.000 secondes dans une année (365 jours * 24 heures * 60 minutes * 60 secondes). Google économise donc 111 ans d’utilisation d’un PC d’internaute qui fonctionnerait en 365x24. Sachant que la puissance moyenne « utile » d’un poste de travail complet (écran + ordinateur) est de 82 watts (soit 82 Wh/h) et qu’une année correspond à 8.760 heures, l’économie en kWh se porte à 79.722.222 kWh (111 années * 8760 heures * 82 Wh/h), soit 35.875.000 kg de CO2 (avec un facteur d’émission de 0,450 kg eq. CO2 / kWh él.).

Source : liens directement dans le texte ci-dessus.


Commentaires

Le problème avec Google Instant Search est que le nombre de requête au serveur de Google est presque multiplié par le nombre de caractères que contient la requête, si je cherche ‘greenIT’ ma page est rafraichie 5 fois (contre une avec une recherche standard), sachant que le bilan carbone d’une requête sur un serveur Google est de 7g de CO2, on se retrouve avec une requête qui pèse 35g de CO2 au lieu de 7g, si on re-multiplie cet ajout par le nombre d’utilisateurs dans le monde je ne pense pas que l’on fasse d’économie, surtout dans le milieu des entreprises ou bien souvent les postes informatique sont allumé et éteins a heure fixe (qu’il soit utilisé ou non).

Anonyme (non vérifié) le 01/12/2010

@anonyme : effectivement. De plus je pense que l’instant search a un effet pervers :
- sans instant search on réfléchit à sa requête, on la tape et on fait sa requête.
- Avec instant search, on ne réfléchit plus et on laisse instant search proposer les résultats… Et cela coûte : avec “GreenIT”, on pas de 7g à 35g, et le bilan s’empire si la requête devient plus longue (en temps d’écriture ou en longueur de la phrase).

Olivier Philippot le 01/12/2010

Cette évaluation est complétement eronnée.
- requête asynchrone sur google.
Estimation d’un minorant : 10 caractères en moyenne sur une recherche (2 mots en anglais où la longueur d’un mot fait 5.1 caractères en moyenne), cela fait 10 requêtes.
10*3g = 30g de CO2 par requête.

La dernière requête sollicite les serveurs de google de manière équivalente à la solution précédente, ie sans Instant search.

Le calcul considère aussi que les utilisateurs éteindront leur ordinateur plus tôt, ie qu’ils partiront du boulot plus tôt grâce à google instant search.
Ce qui est évidemment faux.

En conclusion, google instant search consommerait au minimum 10 fois plus que l’original google, ie
avec 2733 M de requêtes de recherche par mois avec l’ancien google aux USA; on trouve 27Md de recherches instant search.
On a donc : 3g*27Md = 81 000 tonnnes en plus.

Baptiste Manson (non vérifié) le 01/12/2010

Une requête par lettre ? vous faites comment ?

pour “tres bon film” (13 lettres) j’ai 7 requêtes.

Dentricx (non vérifié) le 01/12/2010

Le nombre de requête dépend des lettres, mais même si rien ne se rafraichit je pense quand même qu’il y a une requête en arrière plan.

Like_Piccadilly (non vérifié) le 02/12/2010

Une étude plus poussée avec un analyseur de traffic web montre un nombre important de requêtes.
Il peut y avoir beaucoup plus qu’une requête par lettre envoyée à google. Un jeu de requêtes pour rafraichir la liste de propositions par autocomplétion et de “temps en temps” une requête pour rafraichir les résultats google.
Le “temps en temps” correspond à un une période d’inactivité au clavier, il suffit d’attendre une demi seconde.

Et nous n’avons pas compté le coût CPU côté client pour gérer cet aspect dynamique.

Cet article erroné est en train d’être relayé sur internet.
http://www.thegreenitreview.com/2010/12/googles-instant-search-power-sav…

Un petit commentaire de Frédéric serait le bienvenu…

Baptiste Manson (non vérifié) le 03/12/2010

@Baptiste, @All : je me range à votre avis et viens d’ajouter une entête à l’article pour pousser les lecteurs à lire vos commentaires. Merci pour votre vigilance !

admin le 05/12/2010

Et quid de Google Instant Preview, la fonctionnalité qui affiche une prévisualisation des pages vers lesquelles pointent les résultats de recherche ?

A titre personnel, j’ai noté qu’à plusieurs reprises, ces prévisualisations m’ont évité de charger la page complète.

FLohier le 14/12/2010

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.