Catégorie : Bonnes Pratiques

Web : éliminer définitivement les publicités

Nous expliquions récemment que les publicités représentent 39 % du poids des pages web. Pour les bloquer, la plupart des internautes utilisent un bloqueur de publicité, le plus souvent sous la forme d’une extension telle que AdBlockPlus.

Ces greffons fonctionnent bien et sont simples à utiliser. Quelques clics suffisent à les déployer. Revers de la médaille, ces extensions ne réduisent pas la bande passante consommée et mobilisent beaucoup de ressources (mémoire vive, puissance processeur, etc.). AdBlock Plus double par exemple la mémoire consommée par le navigateur.

Nous vous proposons donc de (re)découvrir une méthode alternative qui est à la fois très efficace et ne consomme quasiment aucune ressource sur la machine. Contrairement aux extensions, cette méthode évite de télécharger le contenu indésirable et n’est pas basée sur l’analyse du contenu mais sur le blocage des domaines servant ces cookies traçants et autres publicités.

Une technique vieille de 22 ans !

La technique que nous allons utilisée repose sur le fichier hosts, un mécanisme qui permettait de se passer de serveurs de nom de domaine (DNS) au début de l’internet. Bien que mise de côté en 1983, cette approche reste très utile pour filtrer le trafic internet car elle surclasse le système DNS (Domain Name Server).

L’idée est toute simple. Pour accéder à www.greenit.fr, votre ordinateur doit disposer d’une adresse à 4 chiffres (IPv4) ou 6 chiffres (IPv6) du type 193.234.125.237. C’est cette adresse qui est utilisée pour connecter votre ordinateur au serveur web qui vous fournit le contenu que vous affichez dans votre navigateur. Les serveurs DNS et le fichiers hosts font correspondre un nom de domaine à une adresse IP.

Comme les cookies, publicités et autres contenus indésirables sont nécessairement fournis depuis un domaine du type www.publicite.com, nous allons leurrer votre navigateur. A chaque fois qu’il souhaitera télécharger un contenu depuis le domaine www.publicite.com nous l’orienterons vers l’adresse IP 127.0.0.1 qui correspond à votre machine. Le navigateur ne trouvant rien à afficher, il ne téléchargera et n’affichera pas le contenu indésirable. Et le tour est joué !

Des listes mises à jour régulièrement

La technique est simple puisqu’il suffit d’ajouter les adresses indésirables dans le fichier etc/hosts du système d’exploitation (c:\windows\system32\drivers\etc\ sous Windows). Et elle est universelle : vous pouvez la mettre en œuvre sous Linux, MacOS X, Windows, Android, iOS, etc. En revanche, il est plus compliqué de constituer une liste de nom de domaine indésirable from scratch et il vous faudra la mettre à jour régulièrement.

Plusieurs sites proposent des fichiers hosts à jour :

Il existe certainement d’autres listes et outils. Partagez en commentaire ! Et n’oubliez pas de créer une copie de votre fichier hosts avant d’effectuer toute modification. Vous pourrez ainsi revenir à l’état initial très facilement.

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé le sujet de l'écoconception logicielle en 2009 avec Frédéric Lohier. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In