Catégorie : Acteurs

Pouvoir d’achat : un frein au développement durable

Ethicity, en collaboration avec Youphil et avec le soutien de EDF Collectivités, vient de réaliser la première étude en France pour comprendre les attentes des français en matière de consommation durable, en fonction de leurs revenus. « La consommation durable n’est pas une ‘déconsommation’ mais une nouvelle écologie domestique porteuse d’une meilleure qualité de vie pour tous et chacun, quel que soit son niveau de revenu » rappelait en mars 2011 le Conseil d’Analyse Stratégique.

Sachant que les dépenses en matériel informatique, télécoms et audiovisuel est une poste de plus en plus important dans le budget des ménages, les résultats de cette étude nous éclairent en partie sur le mode de consommation des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) en lien avec le développement durable.

Le développement durable : un enjeux critique pour tout le monde
Premier constat, le niveau de revenu n’a pas d’impact sur les principales préoccupations des français : le bien-être de ma famille et de mes proches, la santé, et le coût de la vie. Pour l’ensemble des français, le développement durable est une nécessité, notamment pour 70 % des 12-24 ans qui sont plus concernés que les autres tranches d’âge. Les français qui habitent en zone rurale sont cependant plus nombreux à trier systématiquement leurs déchets (81 %) qu’en ville (78 %).

Le développement durable réservé aux riches ?
Deuxième constat, plus le revenu baisse et moins les français connaissent les enjeux du développement durable. 19 % des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté ne les connaissent pas contre 13 % pour la population françaises. Et même lorsqu’ils sont conscients des enjeux et souhaitent agir, 30 % des personnes aux plus faibles revenus ne le peuvent pas à cause d’un pouvoir d’achat insuffisant (contre 19 % pour la moyenne nationale).

Les pauvres économisent plus l’énergie
Troisième constats, les français défavorisés sont plus nombreux à travailler systématiquement sur la maîtrise de leur consommation d’énergie (51 % contre 47 % pour la moyenne française). Ils estiment qu’il n’y a pas encore assez d’information sur le produits, notamment le prix à l’usage, et qu’il y a trop de messages publicitaires sur la consommation responsable. Bref, ils attendent des données tangibles qui les aident à mieux consommer, pas le greenwashing actuel.

En décryptant l’étude, on peut extrapoler les critères de choix des français en terme de consommation de TIC. Si le prix d’achat reste le critère numéro 1, la consommation électrique devient un critère discriminant. Les arguments écologiques ne sont pris en compte que par les populations les plus aisées. Quant aux notions de durée de vie et d’obsolescence programmée, elles n’ont pas été abordées dans l’étude. Dommage, car elles jouent un rôle important dans le pouvoir d’achat des ménages les plus modeste, et sont l’une des clés pour réduire l’empreinte écologique des produits électroniques.

Source : http://www.blog-ethicity.net/index.php?2012/10/25/188-les-francais-a-faibles-revenus-et-la-consommation-durable

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé la communauté GreenIT.fr en 2004. Je conseille des organisations privées et publiques et anime, GreenIT.fr, le Club Green IT et le Collectif Conception Numérique Responsable (@CNumR).

Site web - Twitter - Facebook - Linked In