Les entreprises sont-elles prêtes pour le web2.0 ?

L’Association Information et Management (AIM) a organisé cette année son 15ième colloque sur la thématique : « Systèmes d’Information et Développement Durable : regards croisés et contributions ». GreenIT était présent et vous présentera une vingtaine des nombreux travaux de recherche exposés. Thème du jour : Internet et la communication RSE des entreprises du CAC40 d’Isabelle Bourdon, Florence Rodhain et Claudio Vitari.

Le site web des entreprises du CAC 40 a été passé à la loupe de nos chercheurs entre l’année 2007 et 2009. Les entreprises communiquent plus que jamais sur leurs initiatives sociales et environnementales : certifications, rapports RSE, fondations, mécénat… Il ressort de leur étude les points suivants, entre autres, des communications RSE :

- L’emploi du terme Développement Durable baisse au profit du terme RSE
- Un quart des sites web propose un service de dépôt de question via un formulaire ou l’envoi d’un courriel
- Une timide apparition des blogs ou des réseaux sociaux : cela concerne moins de 5 entreprises

Il ressort que les entreprises ne sont pas prêtes à s’investir dans un débat contradictoire sur leurs engagements. Il est intéressant de s’intéresser aux causes de ce manque d’intérêt :
- Manipulation
- Coût des outils web 2.0
- Peur d’être la cible d’activistes
- Faible culture des nouveaux modes de communication
- Politiques d’achat n’incluant pas une politique RSE comme un élément déterminant

Qu’en pensez-vous ?

Librement interprété avec accord de l’article : Internet et la communication RSE des entreprises du CAC40 : Isabelle Bourdon, Florence Rodhain et Claudio Vitari.


Commentaires

Comme dans la pub : Ce n’est pas ceux qui en parle le plus, qui en font le plus ! Ou bien çà ressemble à un engagement, çà a la couleur et l’odeur de l’engagement : mais ce n’en est pas un …

Anonyme (non vérifié) le 16/07/2010

Oui, en parler et commmuniquer massivement est une chose, appliquer reellement ce qu’on a promis en est une autre…

live

Anonyme (non vérifié) le 17/07/2010

Communiquer, c’est s’exposer, c’est certain. Du coup, il est préférable de communiquer sur ce qu’on a déjà réalisé que de faire des promesses qu’on ne tiendra pas, je suis d’accord. On peut par contre communiquer sur son plan d’action, sa feuille de route, pour montrer ce qui a été acté, validé, et qu’on a donc planifié.

Personnellement, je pense que le problème de la communication autour de la RSE est qu’on ne peut pas être ou devenir vertueux en un rapport (et donc en une année). C’est une démarche long terme, une démarche d’amélioration continue. Les personnes “éclairées” le savent et sont donc indulgentes quand elles voient un nouveau rapport RSE tout beau tout joli plein de promesses. Elles attendent le prochain rapport pour juger de l’évolution.

Le fait d’exposer sa démarche et sa stratégie sur le web expose donc effectivement l’entreprise au regard de toute cible (éclairée, novices, …). La critique peut donc être facile, mais j’espère qu’elle ne décourage pas les entreprises, ni les Directions Développement Durable.

Par ailleurs, je suis étonnée des raisons évoquées concernant le manque d’intérêt à communiquer. Pouvez-vous en dire plus (activisme, manipulation, achat…) ?

Merci de votre retour

Sandrine (non vérifié) le 22/07/2010

Bonjour,
Les entreprises craignent que leur communication soit déformée ou détournée par un concurrent, la presse… elle peut également être vérifiée par des activistes écologiques : et les masquent tombent. Ressortirait alors la dichotomie entre l’affichage stratégique et la réalité. Ils ne faut pas se leurrer, le but premier d’une entreprise est de vivre donc d’améliorer sa compétitivité. Dans le cas présent du Cac40 : c’est plus nourrir son actionnaire quitte à mettre en péril l’entreprise elle-même. La vision : alliance des enjeux environnementaux et économiques n’est pas encore assimilée.
 Cordialement

Frederique le 23/07/2010

L’étude n’approfondit pas la véridicité du contenu et le respect des engagements. L’étude explore surtout le système de communication.
Le système de communication actuel montre néanmoins que le citoyen-navigateur sur web n’est pas beaucoup considéré parmi les parties prenantes importantes pour l’entreprise. Ça suffit de comparer le système internet de communication sur la RSE avec le système Internet de communication pour l’actionnaire/investisseur. Le dernier est beaucoup plus développé et sophistiqué.
Bien sûr il faut, souvent, plusieurs années pour s’améliorer, mais il faut d’abord le volonté de la part de la direction d’entreprise.

Claudio (non vérifié) le 16/08/2010

@Claudio : en mars 2008, nous avions publié une étude de Breek qui va dans le sens de votre comparaison entre site web dédié aux actionnaires et site web dédié à la stratégie développement durable de l’entreprise. L’étude : http://www.greenit.fr/article/acteurs/environnement-les-sites-web-des-gr…

admin le 16/08/2010

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.