Catégorie : LabelsCatégorie : MatérielCatégorie : Outils

Les éco labels

L’informatique est responsable de 2 % des rejets de Co2 dans l’atmosphère. C’est également une activité très polluante car les ordinateurs contiennent de nombreuses substances toxiques que la nature ne peut éliminer seule : plomb, mercure, cadmium, polybromobiphényles, polybromodiphényléthers, etc. Les responsables informatiques peuvent jouer un rôle déterminant dans la préservation de l’environnement en achetant des matériels moins polluants. C’est-à-dire qui intègrent moins de substances toxiques, et qui ont été conçus pour être plus facilement recyclables. En prime, le recours à des matériels plus respectueux de l’environnement se traduit souvent par des économies d’énergie, et par conséquent, une facture électrique moins salée.

De nombreux labels "verts" ont vu le jour ces dernières années pour aider les responsables informatiques à "acheter responsable". Les écolabels promeuvent la conception, la commercialisation et l’utilisation de produits ayant un moindre impact sur l’environnement pendant leur cycle de vie.

On distingue trois types d’écolabels :

  • Les écolabels officiels (type I) sont délivrés par Afnor Certification. En France, seul l’écolabel européen et la marque NF Environnement sont officiels.
  • Les écolabels indépendants (type II) sont octroyés par des groupes d’intérêt qui peuvent être des associations d’entreprises, de professionnels ou d’intérêt écologique. Comme ces labels ne font pas appel à une tierce partie, la définition des critères écologiques et leur attribution relèvent de la responsabilité des groupes qui les conçoivent. Le grand nombre d’écolabels de type II sur le marché ne facilite pas le choix du consommateur. Des normes internationales évitent aux entreprises l’apposition d’expressions floues sur leurs produits telles que « produit vert » et interdisent l’usage du concept « développement durable » jugé trop complexe.
  • Les écoprofils (type III) fournissent des informations standardisées sur un produit, notamment sur son analyse du cycle de vie qui présente le bilan des matières entrantes et sortantes à chaque étape de la vie du produit. Les labels de ce type standardisent des données et ont comme avantage aux yeux des consommateurs de permettre la comparaison des produits entre eux (exemple : l’énergie consommée par un PC).

Tour d’horizon des principaux écolabels informatiques. Cliquez sur un logo pour faire apparaitre la fiche correspondante.

1. Les labels globaux : Blue Angel, Epeat, TCO et Eco-Label

Ces éco-labels couvrent l’ensemble du cycle de vie d’un matériel informatique, de sa conception à son recyclage. Ils intègrent donc la dimension énergétique et répondent parfois aussi aux contraintes réglementaires européennes telles que WEEE et RoHS.
Blue Angel

Créé en 1977 par le ministère de l’écologie Allemand, Blue Angel (Blauer Engel) est la plus vieille certification environnementale dans le monde. Elle s’applique, entre autres, au matériel informatique. Plus de 3 700 produits et près de 600 entreprises ont reçu ce label en 25 ans.

 

eco label européen

L’Europe tente actuellement d’instaurer un éco-label global pour l’ensemble des produits de consommation, dont l’informatique. Peu de précisions sont disponibles. Pour les produits informatiques, il s’appuie à priori sur des critères tels que la réduction de la consommation d’énergie et l’utilisation d’un mode veille, la réduction du nombre et des quantités de substances dangereuses pour la santé et l’environnement, la reprise gratuite du matériel par le fabricant après utilisation, une conception favorisant le recyclage et la durabilité du produit.

Epeat Créé aux Etats-Unis par le Green Electronic Council (GEC), l’EPEAT (outil d’évaluation environnementale des produits électroniques) est un outil qui permet aux entreprises d’évaluer et de comparer des matériels informatiques – PC, portables, écrans – en fonction de leurs caractéristiques écologiques. Epeat est la mise en oeuvre concrète du standard IEEE 1680-2006 (Standard for Environmental Assessment of Personal Computer products).

 

TCO D’abord conçu pour distinguer les écrans de bonne qualité et respectueux de l’environnement, l’éco-label suédois TCO couvre maintenant les PC et serveurs, les téléphones mobiles et les imprimantes.

 

 

2. Réduction de la consommation d’énergie : Energy Star et 80plus

Energy Star et 80Plus se focalisent exclusivement sur les économies d’énergie. A noter que Energy Star 4.0 intègre les recommandations techniques de 80Plus.
80 Plus

Le programme 80plus vise à augmenter l’efficacité énergétique des alimentations électrique de matériels informatiques. Aujourd’hui, la plupart des alimentations électriques de PC ne dépassent pas 60 % d’efficacité. 40 % de l’électricité consommée par le PC part donc en chauffage…

Energy Star

Energy Star est un label créé en 1992 aux Etats-Unis par l’EPA (Environmental Protection Agency) en collaboration avec le département de l’énergie (Department of Energy). Ce label vise uniquement l’efficacité énergétique des matériels informatiques : PC, écrans, imprimantes, etc.

 

 

3. Les écolabels liés à l’impression

Logo de l'Ecolabel APURCréée en 1992, l’APUR (Assiociation des Producteurs et Utilisateurs de papier-cartons Recyclés) s’est fixé le double objectif de promouvoir l’usage du papier recyclé et d’offir, via une marque déposée et un logotype, une véritable garantie aux utilisateurs quant à la proportion en fibres recyclées des produits agréés APUR.

 

Logo de l'ecolabel FSCCréé en 1993 par des propriétaires forestiers, des entreprises de la filière bois et des ONG telles que GreenPeace et le WWF, le Forest Stewardship Council (FSC) est un écolabel qui assure que la production d’un produit à base de bois (par exemple du papier) a respecté des procédures censées garantir la gestion durable des forêts.

 

logo.PEFC.gifLe PEFC, pour "Programme for the Endorsement of Forest Certification schemes", généralement présenté comme un écolabel, est en fait une marque de certification de gestion forestière.
PEFC a été créé en 1998 par des forestiers européens visant clairement à contrer le système de certification FSC (voir ci-dessus) qui selon eux est trop couteux car inapproprié au morcellement et à la petite taille de la forêt européenne.

 


4. Les autres programmes environnementaux liés à l’informatique

Climate Savers Computing

Google,Intel, Dell, IBM, Lenovo, Microsoft, HP, Sun, AMD, Yahoo… Tous ces grands noms de l’informatique ont rejoint l’initiative Climate Savers Computing du WWF. Ce programme vise à sensibiliser les entreprises et les consommateurs aux problèmes climatiques et à leur faire prendre conscience que chacun peut agir à son niveau.Choix environnemental

Choix Environnemental
Ce programme Canadien, qui n’est pas spécifique à l’informatique, aide les entreprises à identifier les produits les plus respectueux de l’environnement, notamment les imprimantes et produits multifonctions (copieurs / fax, etc.). Pays : Canada

 

GreenGuard
Programme général de certification de produits émettant peu de Co2. Pays : Etats-Unis

PC Green Label
Programme japonais indiquant qu’un PC répond à des critères environnementaux relatifs à la conception, la fabrication, le recyclage et la réutilisation du matériel. Pays : Japon

CECP
Le programme de protection des ressources énergétiques (CECP) promeut la fabrication de matériels efficaces d’un point de vue énergétique. Pays : Chine

EVE
L’éco-label Eléctricité VErte (EVE) est une initiative du WWF et du CLER (Comité de Liaison Energies Renouvelables). Il garantit que le fournisseur d’énergie verte respecte l’environnement (certification ISO 14001).
Pays : France

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé le sujet de l'écoconception logicielle en 2009 avec Frédéric Lohier (on parle plutôt de conception responsable de service numérique en 2016) . Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets et anime le Club Green IT

Site web - Twitter - Facebook - Linked In