Un point complet sur les ACV d'ordinateur

ACV - schema de principe de l'Analyse du Cycle de Vie  ou LifeCycle Assesment - LCA en anglais

L’analyse des cycles de vie de PC sont nombreuses mais difficilement comparables avec des scénarios de fabrication ou d’usage différents et des produits étudiés hétérogènes. Leur pertinence est également soumise à caution car les études portent souvent sur des équipements obsolètes dont on ne connait pas les composants exacts ni leur mode de fabrication.

Au-delà des polémiques, les différentes études se rejoignent sur leurs conclusions :
- Les phases de fabrication et d’utilisation des PC fixes sont celles qui génèrent le plus d’impact sur l’environnement.
- La phase de distribution bien que directement corrélée à la distance parcourue pour la livraison a un impact moindre.
- Le recyclage pour avoir un bénéfice environnemental doit être massif et avoir lieu dans les règles de l’art.

Dans l’article http://www.ecoinfo.cnrs.fr/spip.php?article161, le cas décrit ci-dessous est le plus complet :

- Etude portant sur une unité centrale Pentium IV6, un écran 17’ (50% CRT et 50% LCD), un clavier et une souris datant entre 2000 et 2005, avec une durée de vie de 6 ans avant mise au rebut définitive.
- Usage simulé : 60% au domicile : actif 3h/jour ; en veille 3h/jour ; 365 jours/an
40% au bureau : actif 6h/ jour ; en veille 2h/jour ; 252 jours/an
- Utilisation et fin de vie localisées pour 90% en Chine et 10% à l’étranger.
- Utilisation du logiciel SimaPro version 7.0 (Pre 1999) et la méthode Eco-indicator’99 (version hiérarchique)

 Eugster et al, 2007)

Les conclusions de cette étude confirment les acquis suivants :
- L’utilisateur doit être vigilant sur l’origine et sa consommation d’électricité
- L’amélioration du circuit de recyclage et le pourcentage de PC recyclés doivent être renforcés
- Les constructeurs doivent être impliqués dès le stade de la fabrication dans le recyclage futur de leur produit pour en faciliter la mise en place
- Les ACV même approximatives sont utiles : sous la pression de leurs clients les constructeurs évoluent.

Pour illustrer ce dernier propos, l’article rappelle que la fabrication des circuits intégrés, faisant appel à des processus gourmands en énergie et générant des rebuts de silicium qui seront incinérés, est majoritairement responsable de l’impact environnemental de la phase de fabrication.

 Eugster et al, 2007)


Commentaires

Je pense que cette problématique des ACV est très importante et devrait constituer l’un des éléments (l’élément ?) principaux de la réflexion d’un consommateur éco-responsable.

Dans le cas des PCs, cet article montre que la cause est réglée.

Par contre, qu’en est-il des autres produits susceptibles d’avoir un impact environnemental lors de leur utilisation ? Voitures par exemple ? Le principe ‘Utiliser un produit jusqu’à ce qu’il soit irréparable’ est-il généralisable ?

Apparemment, la réponse n’est pas triviale, puisque c’est le CNRS qui a fait l’étude et sur un seul type de produit.

Qq’un connait-il un site de référence des ACVs qui pourrait nous aider à faire des choix pertinents ?

Toro (non vérifié) le 29/04/2010

@Toro : l’ACV est effectivement cruciale pour comprendre les enjeux environnementaux.

Pour répondre à votre question : oui, chaque produit manufacturé doit être utilisé le plus longtemps possible. Au delà de l’énergie, il faut avoir en tête que pour la plupart des produits électroniques :
- la fabrication utilise des matières premières épuisables (et pour certains bientôt épuisés),
- la fabrication nécessite de l’énergie et génère des pollutions,
- la fin de vie du produit se termine encore dans 80% des cas dans une décharge.

Autre ACV (téléphone) : http://www.greenit.fr/article/materiel/telephone/telephone-50-de-l-energ…

admin le 29/04/2010

@Toro : concernant les sources de données sur les ACV.

http://seeds4green.open-green.net/fr/lca

Seeds4Green est un site collaboratif qui vise à rassembler les documents relatifs à la qualité environnementale des produits et services, disponibles sur internet, pour en faciliter l’exploitation :

* études ACV
* déclarations environnementales de produits
* critères d’écolabel
* guides d’achats éco-responsables.

Pierre-M G. (non vérifié) le 29/04/2010

L’ACV d’un produit est crucial car il met en exergue un mouvement fort dangereux mais terriblement à la mode : je peux consommer ( gaspiller ? ) tel ou tel produit car je le recycle. On veut nous faire croire que le recyclage permet de récupérer totalement les matières composant un produit. L’Analyse de Cycle de Vie démontre que pour obtenir le produit final, l’énergie et les matières premières nécessaires sont bien plus importantes que celles visualisables.

http://www.greenit.fr/article/materiel/4-raisons-pour-recycler-vos-deche…

Frédérique Lefranc (non vérifié) le 29/04/2010

Merci pour cet article, mais à sa lecture on peut se poser quelques questions…

Le cas décrit dans l’article, “le plus complet”, est le “Résultats de l’ACV du PC chinois” du document de synthèse d’EcoInfo.
Cet ACV suit la méthode EcoIndocator’99, une méthode orientée dommages qui présente les impacts sur, en l’occurrence, la santé humaine, la qualité de l’écosystème, et les ressources nécessaires.
On voit donc dans le bar-graphe qu’il faut 6 années d’utilisation en Chine, en termes d’impacts sur ces 3 critères clés, pour atteindre et même dépasser ceux engendrés par la fabrication du PC/écran/clavier/souri.
Comment transposer ce résultat en France, sachant que l’origine de l’électricité est sans doute assez différente entre ici (80% non fossile) et là-bas ?
Est-ce qu’on ne peut pas imaginer qu’en France, il faille sensiblement plus de 6 ans d’utilisation du PC pour arriver au même résultat ?

Résultat qui encouragerait d’autant plus la prolongation de l’utilisation des matériels dans notre pays ?
Un chose dont on est déjà amplement convaincus, c’est certain.

Mais quand on voit la différence d’impact entre la réalisation d’une carte mère par rapport à un disque dur, il apparaît clair qu’il vaut mieux booster un peu son “soit-disant vieux PC” avec un peu de mémoire et un disque dur plus gros au besoin, que de remplacer le tout.

Et aussi recourir à des solutions logiciels moins exigeantes en termes de machine…

i.d & l (non vérifié) le 30/04/2010

achetons d’ocaz, réparons et conservons nos appareils en attendant que des filières vraiment clean voient le jour !

aetos (non vérifié) le 30/04/2010

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.