Catégorie : Logiciels

Obsolescence programmée : Internet Explorer 8, 9 et 10 mis au rebut

Le support technique de Windows 7 a pris fin en janvier 2015. Depuis un an, les entreprises et les particuliers sont donc priés de migrer vers Windows 8.1. Mais ils rechignent à le faire. Selon NetMarketShare, Windows 7 représente toujours plus de 55 % des systèmes d’exploitation déployés.

Les utilisateurs ne souhaitent pas migrer vers Windows 8.1 à la fois à cause de la nouvelle interface utilisateur et parce qu’ils commencent à ne plus supporter de changer d’environnement de travail continuellement. Par ailleurs, toutes ces migrations intempestives ont un coût non négligeable.

Pour forcer les utilisateurs de Windows 7 à migrer quand même vers Windows 8.1, Microsoft vient de mettre fin au support d’Internet Explorer 8, 9, et 10 depuis ce mardi 12 janvier 2016. Les utilisateurs de ces versions sont priés de migrer vers Internet Explorer 11 qui ne fonctionne que sur Windows 8.1.

Une démarche standard chez Microsoft

C’est une démarche standard de l’éditeur. Ainsi, Internet Explorer 8 n’était supporté qu’à partir de Windows XP (exit donc Windows 2000). De la même façon, pour installer Internet Explorer 9 il fallait disposer au minimum de WIndows Vista, pour Internet Explorer 10 de Windows 8 et pour Internet Explorer 11 de Windows 8.1.

La simple mise à jour (forcée) du navigateur déclenche ou renforce donc l’obligation de mise à jour du système d’exploitation, qui déclenche elle-même la mise à jour d’un tas d’autres logiciels. Au final, le poste de travail n’est plus assez puissant et les utilisateurs doivent alors renouveler des ordinateurs parfaitement fonctionnels, mais qui rament. Nous avons démontré ce mécanisme en 2010.

Le coût pour l’environnement et le coût économique sont très importants puisqu’il faut additionner plusieurs nouvelles licences à acheter (alors que les logiciels précédents donnaient satisfaction), le coût du matériel, le coût de déploiement, les coûts cachés, etc. Dans le même esprit, des ordinateurs qui auraient encore pu fonctionner parfaitement pendant 3 ou 4 ans sont mis au rebut, déclenchant mécaniquement les pollutions associés à leur fin de vie et à la fabrication des nouveaux équipements.

Au final, les conséquences ne se limitent donc pas à une simple mise à jour de navigateur.

La compatibilité au cœur de l’obsolescence

La comptabilité est au cœur du mécanisme. Si le navigateur de Microsoft respectait les standards du web à la lettre, les entreprises pourraient utiliser le navigateur de leur choix. Notamment, elles pourraient utiliser un navigateur open source – Firefox, Chromium, etc. – pour disposer d’un support technique sur le long terme et ne pas être contraintes de migrer vers Windows 8.1 au passage. Mais ce n’est pas le cas. Il suffit de se rendre sur cette page pour s’en convaincre. IE 11 est le plus mauvais navigateur actuel en terme de respect du standard HTML5. En migrant vers Internet Explorer 11, les entreprises vont conforter le mécanisme déjà en place : elles seront contraintes d’adapter leurs développements à cette version spécifique de ce navigateur.

L’écoconception web à la rescousse ?

La solution ? Anticiper ce mécanisme et développer des applications web qui fonctionnent bien sur tous les navigateurs. Notamment parce qu’elles sont simples. Et parce qu’elles n’exploitent que les fonctionnalités matures des nouveaux langages et bien supportées par tous les navigateurs. L’éventuel surcoût est alors très largement compensé par le fait que l’entreprise n’est pas contrainte de migrer vers un nouveau navigateur, donc vers un nouveau système d’exploitation et, in fine, de renouveler ses postes de travail.

Source : GreenIT.fr, StatCounter, https://support.microsoft.com/en-us/kb/3123303?sd=rss&spid=14019, https://www.microsoft.com/en-us/WindowsForBusiness/End-of-IE-support, https://technet.microsoft.com/fr-fr/browser, http://www.zdnet.fr/actualites/edge-serait-bien-le-digne-heritier-des-failles-de-securite-d-internet-explorer-39829948.htm, et https://www.netmarketshare.com/operating-system-market-share.aspx?qprid=10&qpcustomd=0

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé le sujet de l'écoconception logicielle en 2009 avec Frédéric Lohier. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In