Catégorie : Bonnes Pratiques

Green IT : 6 bonnes résolutions pour 2016

Le début d’année est une période propice pour remettre les compteurs à zéro et mettre enfin en oeuvre les bonnes résolutions qui nous trottent dans la tête depuis longtemps. L’occasion de vous présenter 6 gestes essentiels à adopter définitivement en 2016 pour tendre vers des pratiques numériques plus responsables et devenir un Jedi du Green IT !

1. Du renouvellement tu te passeras

C’est décidé, cette année, je repousse au maximum renouvellement de mes équipements électriques et électroniques, même s’ils commencent à être un peu vieillots. Le geste le plus intéressant pour votre porte monnaie et pour la planète est simple : surtout ne rien changer. La fabrication concentre en effet les impacts environnementaux du numérique. Par exemple la fabrication d’un ordinateur portable en Chine émet 100 fois plus de gaz à effet de serre que un an d’utilisation en France !

2. Les objets cassés tu répareras

50 millions de tonnes de déchets électroniques, et moi, et moi… Ca commence comme une chanson, mais c’est beaucoup moins drôle. Tout est devenu jetable. Alors, on jette. Pourtant, 85 % des ordinateurs usagés peuvent être réparés. La proportion est à peu près identique pour les téléphones et un grand nombre d’autres équipements électroniques. Un seul mot d’ordre en 2016 : réparer. Vous verrez que c’est un atout indéniable pour faire de belles rencontres !

3. Reconditionné tu achèteras

N’en déplaise aux médisants, le développement durable, ce n’est pas goulag ! Loin de là. On peut même consommer, c’est dire… Sauf que ça ne doit pas vous empêcher de réfléchir ;-). Privilégiez le réemploi d’équipements reconditionnés plutôt que l’achat de produits neufs. Les équipements sont nettoyés, vérifiés, et si nécessaire, réparés. Bref, vous disposez d’un équipement quasiment neuf. Sauf qu’en plus, vous contribuez à créer des emplois en France. Non délocalisables, ils aident la plupart du temps à l’insertion de personnes en situation de handicap ou qui ont connu un parcours de vie chaotique.

4. Tes déchets tu recycleras

Arrive fatalement un moment où votre fidèle smartphone / ordinateur / tablette tire définitivement sa révérence et où il devient stupide, à moins d’être riche comme crésus, de le faire réparer. Le recyclage de la bête peut alors commencer. On commence par réutiliser les composants encore fonctionnels. Le reste est généralement broyé pour en extraire les matériaux précieux, notamment l’or, l’argent, le cuivre, le platine, etc. Cette opération de recyclage est particulièrement dangereuse pour l’environnement car elle fait appel à de hauts fourneaux, des bains d’acide chlorhydrique, du cyanure et d’autres joyeusetés du même acabit. L’idéal est d’apporter directement ses équipements en fin de vie à un point de collecte. Vous trouverez une carte des principaux acteurs en France à cette adresse : www.recyclage-informatique.net.

5. Les appareils tu débrancheras

Le numérique représente 13,5 % de la facture électrique française. Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), à l’échelle mondiale, les équipements électriques et électroniques connectés ont consommé 400 TWh d’électricité en 2013, uniquement lorsqu’ils étaient en veille. A la clé : une quantité astronomique d’eau douce perdue (4 litres par kWh électrique) et des tonnes de déchets radioactifs à stocker pendant plusieurs centaines de milliers d’années. Laisser vos équipements électroniques en veille revient à financer directement ces impacts environnementaux puisque vous payez pour qu’ils aient lieu. Si vous voulez faire des économies tout en réduisant ces impacts, débranchez physiquement tous les appareils électriques. Par exemple à l’aide d’une multiprise munie d’un interrupteur.

6. Tes logiciels tu éco-concevras

Comme nous l’avons démontré ici et là, c’est le gras numérique des obésiciels qui est le principal responsable de l’obsolescence accélérée des appareils électroniques tels que les smartphones, les ordinateurs, les tablettes, etc. Cette situation n’est pas une fatalité. En appliquant des bonnes pratiques pour éco-concevoir les logiciels (voir notre rubrique sur l’écoconception des logiciels, on peut diviser par 10 la puissance informatique nécessaire à leur fonctionnement et rallonger ainsi la durée de vie des terminaux utilisateurs comme des serveurs.

Source : GreenIT.fr

Frédéric Bordage

Expert Green IT et numérique responsable, j'ai créé GreenIT.fr en 2004 et lancé le sujet de l'écoconception logicielle en 2009 avec Frédéric Lohier. Je conseille des organisations privées et publiques sur ces sujets.

Site web - Twitter - Facebook - Linked In